Mila va loin dans la provocation avec Valère !

09 janvier 2019 01:21

Dans les couloirs du Lycée Vincent Scotto, Mila confie à Théo : « J’ai trop envie de sécher les cours et d’aller me promener avec toi ». Il réplique : « Me tente pas. C’est trop chaud. Trois jours après la rentrée comme ça, ça craint ». Quand elle voit arriver Valère, elle lance : « Qu’est-ce qu’il fout là ce facho ? C’est une blague ? Il n’a même pas été exclu deux jours ! Si Terminator n’était pas arrivée, il t’aurait foutu son poing dans la gueule ? ». Le frère d’Antoine dit : « Oui. Sauf que nous aussi on l’a bien cherché ». Mila trouve que ce n’est pas une raison : « Ce mec c’est un violent. Il faut pas se laisser faire ».

Elle provoque Valère qui s’approche : « T’es pistonné ou quoi ? Tu devrais même pas être là après ce que t’as fait ! ». Il lui tient tête : « Lâche-moi ! Tu me fatigues ! ». La sœur d’Alison demande : « Tu vas faire quoi ? Tu crois que tu me fais peur avec tes vêtements de militaire là ? ». Théo tente de la raisonner : « C’est bon. On va pas s’embrouiller avec ce relou là ». Valère lui suggère d’écouter son pote : « Sinon je te mets la tête dans une baignoire pleine pour te faire fermer ta gueule un peu ! ». Le frère d’Antoine l’invite à baisser d’un ton. Mila poursuit : « Laisse, il me fait pitié. Son ambition dans la vie, c’est d’être le pote de Marine Le Pen ». L’adolescent annonce : « Tu n’y es pas du tout. Moi mon rêve c’est de buter les pétasses dans ton genre ! ».

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, France 3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2019)