Babeth / Anne : La confrontation !

 

Babeth / Anne : La confrontation !

12 / 11 / 2018

 

Au commissariat, Carole Leconte met la pression à Babeth pour qu’elle avoue la tentative d’assassinat sur Anne : « Peut-être que l’idée ne venait pas de vous. Peut-être que vous avez emprunté l’arme à quelqu’un. Peut-être que, je ne sais pas, c’est une amie qui vous a suggéré de faire peur à votre rivale ». La femme de Patrick en a marre : « Excusez-moi. Je ne réponds même plus à vos questions. C’est tellement grotesque ». A cet instant débarque la Commissaire Olivieri : « Vous avez failli me tuer et vous trouvez ça grotesque ?! ». La substitut du procureur l’arrête : « Je ne vous ai pas invité à intervenir alors sortez ! ».

Anne refuse : « Et moi je pense qu’une confrontation fera avancer les choses ». La mère de Léa demande : « Vous réfléchissez deux secondes parfois ? Je suis infirmière, femme de flic. Vous imaginez bien que si j’avais voulu vous tirer dessus j’aurais mis des gants et puis surtout je ne vous aurais pas ratée ! ». Carole Leconte lui conseille de faire attention à ce qu’elle dit quand même. La fille de Yolande et Jocelyn ne se démonte pas : « Et vous, allez vous acheter un cerveau ! Vous n’êtes même pas capable de vous rendre compte que vos accusations ne tiennent pas debout ». Anne balance : « Et vos empreintes sur l’arme du crime ont été inventées peut-être ? ». Babeth la provoque : « Mais qui me dit que c’est pas vous qui avez inventé tout ça pour vous débarrasser de moi ? Ça sent pas un peu la mise en scène ça ? ». La Commissaire Olivieri est choquée : « C’est ça votre ligne de défense : m’accuser ? ». Babeth confirme : « Vous avez un mobile. Vous mettez en scène votre fusillade, vous me faites accuser et puis comme ça vous pouvez me piquer mon mari tranquillement. Ce ne sera pas la première fois qu’il y aura une planche pourrie dans la police ».

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin