Camille demande de l’aide à Hugo mais il rejette sa famille !

30 août 2018 08:19

Alors qu’elle croise Hugo par hasard sur la place du Mistral, Camille lance : « Tu as eu mes messages ? ». Il réplique : « Vite fait ». Elle demande : « T’as des nouvelles de ton père et ta sœur ? ». Il lâche : « Ok. Oui, merci. Ma rentrée s’est très bien passée ». Sa mère dit qu’elle est désolée. Il balance : « T’inquiètes, j’ai l’habitude ! Pourquoi tu flippes comme ça ? ». Elle révèle : « Thelma n’a pas fait sa rentrée. J’ai peur qu’il soit arrivé quelque chose là. Je n’arrive pas à les joindre ». Hugo indique : « Ils ont dû allonger le week-end. Ou alors papa est parti à l’autre bout du monde ».

Camille est choquée par ses propos : « C’est ce qu’il t’a dit ? ». Il tente de lui faire comprendre : « Vu ce qu’il s’est pris dans la gueule, ça ne m’étonnerait même pas ». Sa mère dit qu’elle vit un cauchemar d’être sans nouvelles. Hugo n’hésite pas à lui faire des reproches : « Bah la faute à qui ? Il fallait y penser avant ! ». Camille le supplie de dire la vérité : « Je sais que vous m’en voulez à mort tous les trois. Si tu sais quelque chose, dis le moi ». Son fils souligne : « Tu crois que papa me tient au courant de tout son programme ? Je suis aussi largué que toi. Il n’en a rien à foutre de moi ! Il ne m’a même pas proposé de venir avec lui ». Camille aimerait qu’il l’appelle s’il a des informations avant elle : « Il faut qu’on se serre les coudes pour notre famille ». Hugo termine : « Quelle famille ? T’as tout foutu en l’air maman ! Outre les yeux ! ».

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, France 3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2019)