Yolande est agacée par sa famille !

03 août 2018 01:04

Les Nebout forcent Yolande à porter un appareil de surveillance pour voir si elle a un problème cardiaque. Babeth lui explique : « Grace à ça, on va pouvoir vérifier que tout va bien ne serait-ce qu’au niveau cardio vasculaire ». Sa mère lance : « Non mais c’est ridicule ! Si j’avais quelque chose il y a longtemps que je le saurais, tu crois pas ? ». L’infirmière tente de la raisonner : « Maman, tu portes ce truc pendant 24 heures. C’est pas la fin du monde ». Léa annonce : « On va te poser des électrodes et il faudra que tu portes le boîtier sur toi toute la journée ». La femme de Jocelyn est agacée : « Ça va… J’ai compris. Vous vous êtes donné le mot ».

En rigolant, Babeth lâche : « C’est ça, c’est un complot. Ce n’est même pas la peine de résister ». Jocelyn indique : « On fait ça parce qu’on t’aime lumière de ma vie ». Sa femme balance : « Tu parles d’amour, c’est de l’inquisition ! Et toi le flic, tu dis rien hein… Ça te fait plaisir là ! ». Patrick réplique : « Bon, de toute façon, ça ne sert à rien de râler… Avec un médecin et une infirmière à la maison, vous ne pourrez rien faire ». Léa lui confie : « Si jamais tu fais de l’arythmie ou de la tachycardie on le verra et on pourra te soigner ». Sa grand-mère est agacée : « Ça fait des années que je fais du yoga et je fais de la tachycardie ! ». Babeth s’énerve : « Bon tu arrêtes de bouger sinon je t’embarque à l’hôpital pour faire la même chose dans une salle d’examen ! ». Yolande termine : « Ce sont des méthodes de facho ça ! ».

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, France 3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2019)