Jeanne, Vincent et Alison retrouvent Mila avec émotion !

27 septembre 2019 12:19

Alors qu’elle est dans la chambre de Mila à l’hôpital, Jeanne présente ses excuses à Vincent : « Pardon pour toutes les horreurs que je t’ai dites ». Il réplique : « T’étais terrorisée. Moi aussi d’ailleurs. Tout le monde était terrorisé ces derniers temps ». La directrice de l’établissement lance : « Mais t’as pas baissé les bras et c’est grâce à toi si Mila est saine et sauve ». Cette dernière se mêle de leur échange : « J’aimerais bien savoir ce que tu lui as dit de si horrible. Je suis réveillée mais je compte me rendormir dans le s5 minutes je vous préviens. Le lit est trop confortable ».

Jeanne demande : « T’as pas un peu faim quand même ? ». Elle confie : « Pas trop. Une vingtaine de croissants ça suffira. Y’a moyen ? T’as des nouvelles d’Angèle ? ». La fille d’Anémone confirme : « Oui. J’ai parlé avec le médecin qui a pu la prendre en charge. Son diabète est stabilisé. Elle est tirée d’affaire. Je me demande comment vous avez vécu là-dessous ». La sœur d’Alison explique : « Ça va ! C’était pas si terrible. C’était un peu une colo de l’extrême. On a surtout chanté des chansons et on s’est raconté des histoires. Et puis on faisait attention à ne pas se faire flipper. Ça nous a aidé ça aussi ». Jeanne annonce : « En tout cas je suis fière de toi ». Alison arrive à ce moment-là avec des chocolats : « Moi aussi. Je peux rentrer ? ». La directrice accepte. Elle file à la boulangerie avec Vincent. L’employée du Bar du Mistral prend sa sœur dans ses bras.

.

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, france•3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2020)