Estelle : Son CAUCHEMAR avec Sabrina !

19 septembre 2019 04:49

A la coloc, Sabrina est en train de se droguer. Estelle arrive dans le salon : « Non mais t’es sérieuse là ? ». Elle réplique : « Non parce que tu vas me donner des leçons de morale après tout ce qui s’est passé dans ton salon de merde ? ». L’esthéticienne lui rappelle : « Tu sais très bien que c’était pas de ma faute ». La serveuse du Bar du Mistral lance : « Bien-sûr ! Toi et Francesco vous y étiez pour rien. Vous étiez juste des victimes dans cette affaire ». Estelle est surprise par ses propos : « C’est marrant. T’as pas l’air de le croire quand tu le dis en fait ».

Sabrina lâche : « Parce qu’on m’a tenu le discours inverse le week-end dernier ». La compagne de Francesco demande : « Qui ça on ? ». Elle répond : « Un mec. Un gars. Le genre de gars que t’as pas envie de recroiser dans ta vie. En tout cas il avait l’air de bien vous connaître ». Estelle l’interroge : « Attends, il était brun, bouclé, plutôt grand, c’est ça ? ». La serveuse dit : « Je sais plus ». L’esthéticienne lui hurle dessus : « Essaie de te souvenir s’il te plaît ! ». Sabrina confie : « Tout ce que je sais c’est qu’il vous cherchait ». Estelle balance : « Qu’est-ce que t’as répondu ? Oh je te parle ! ». La serveuse du Bar du Mistral l’arrête : « Tu vois pas que je suis occupée là ». La compagne de Francesco poursuit : « C’est grave putain donc essaie de te souvenir ! ». Sabrina termine : « J’en ai rien à foutre ! ». Tout cela est un cauchemar d’Estelle qui ne se sent pas du tout en sécurité comme Pavel n’a toujours pas été arrêté…

.

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, france•3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2020)