Pauline Bression (Emma) : « Si l'on attend des adolescentes qu'elles soient toutes raisonnables et prudentes… »

 

Pauline Bression (Emma) : « Si l’on attend des adolescentes qu’elles soient toutes raisonnables et prudentes… »

26 / 09 / 2017

Dans ce prime inédit de Plus belle la vie « Naissances » à découvrir ce mardi 26 septembre à 20h55 sur France 3, Emma, ado difficile, va devenir maman. Pour parler de son rôle, Pauline Bression sera aux côtés de Wendy Bouchard, à 22h30, dans une émission spéciale consacrée aux grossesses précoces. A cette occasion, la comédienne s’est confiée à Télé 7 Jours.

Télé 7 Jours : Pour Emma, la décision de garder l’enfant a-t-elle été facile ?

Pauline Bression : « Après bien des péripéties et des discussions avec son compagnon, Baptiste, elle a choisi de mener sa grossesse à terme. Sauf que survient un nouveau rebondissement… ».

Une décision difficile à prendre à 18 ans…

« Aujourd’hui, je ferais le même choix (Pauline Bression a 27 ans), mais à son âge, je ne l’aurais sûrement pas gardé. C’est beaucoup trop jeune ».

Être enceinte aussi jeune, justement, est-ce de l’inconscience ?

« Non, même s’il est vrai que beaucoup de jeunes mères font un déni de grossesse. L’insouciance est le propre de la jeunesse. Si l’on attend des adolescentes qu’elles soient toutes raisonnables et prudentes… ».

Pourtant, elles sont quand même mieux informées qu’il y a quarante ans…

« Je ne le pense pas. Il y a encore beaucoup de familles où les questions sur la sexualité restent taboues. On ne délivre toujours pas de cours à l’école. Bien sûr, on est informé de l’existence de la pilule et de la nécessité d’utiliser un préservatif. Encore faut-il, à 15 ou 16 ans, avoir le courage de se rendre dans une pharmacie. Cette génération considère que l’épidémie de sida est derrière elle, et beaucoup de garçons ne se protègent plus. Quant aux filles – trop jeunes pour aller seules chez le gynécologue –, elles n’osent pas toujours dire à leurs parents qu’elles souhaitent prendre la pilule ».

La série n’hésite jamais à aborder des sujets de société. Depuis votre arrivée, en 2014, votre personnage n’y échappe pas !

« Oui, comme avec la prostitution estudiantine, plus répandue qu’on ne le croit. Emma s’y est adonnée par autodestruction plus que par appât du gain. Mais on a aussi parlé de l’adoption d’enfants par des couples homosexuels à travers les parents de Baptiste ».

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin