Barbara caquette en cuisine, à la grande indignation de Roland

 

Barbara caquette en cuisine, à la grande indignation de Roland

16 / 10 / 2013

Plus belle la vie

Au bar du Mistral, Barbara supplie Roland de la renvoyer en cuisine. Elle ne supporte plus d’assurer le service en salle en l’absence de Thomas qui est à Paris et de Mélanie qui est partie en Asie avec Etienne. Roland, à son âge, refuse de s’occuper de tous les clients. Il préfère préparer le plat du jour. Barbara, elle, en a marre de ne plus cuisiner. La jeune femme pense même que le chiffre d’affaire du bar va baisser… 

Vincent, en terrasse du Mistral, décide de prendre un plat du jour :  le coquelet à la provençale. Barbara tente de le faire changer d’avis. Elle avoue que c’est gras et pas bon ! Barbara ajoute que les produits ne sont pas de qualité. Vincent est étonné, car il sait que Roland est sérieux avec son commerce. Vincent commande alors une omelette accompagnée d’une salade verte. Barbara trouve que c’est une sage décision.

Après le coup de feu, Barbara annonce avoir fait 30 couverts. Roland s’étonne de n’avoir presque pas vendu de plats du jour. Il pense alors que sa recette est peut-être trop vieille c’est pourquoi il décide de faire du poisson dès le lendemain. Barbara, heureuse, promet de l’aider dès le lendemain matin à 8 heures. 

Vincent, qui a pris une mousse au chocolat en plus de son repas, paie ensuite son addition. Roland tente de savoir pourquoi il n’a pas été attiré par le coquelet. Le patron de Phénicie annonce qu’il vient dans son établissement pour manger des produits locaux et traditionnels et non pas pour avaler des volailles du Brésil. Vincent apprend à Roland que c’est ce qu’a dit Barbara… 

Blanche passe dans l’après-midi au bar de Roland pour manger… Comme elle faisait des modifications sur son livre sur les origines de Patrick, elle n’a pas vu l’heure passer. Roland lui offre le plat du jour et promet de la servir comme une reine. Roland demande alors à Barbara de sortir de la cuisine avec un chapeau pour le moins marrant sur la tête. Elle doit en plus répéter « C’est un magnifique coquelet de chez Augustin de Paoli, élevé au grand air ». Comme la cliente est contente, Roland est heureux…

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin