Le torchon brûle entre Telfrance et France 3 !

 

Le torchon brûle entre Telfrance et France 3 !

10 / 11 / 2011

Actu-Groupe.jpgDeux ans avant son terme, France Télévisions cherche à renégocier à la baisse le contrat de production de Plus belle la vie. Bras de fer.

Plus belle la vie est de nouveau l’objet d’un bras de fer entre Telfrance, son producteur, et France Télévisions, deux ans avant son terme prévu en 2013. « L’équipe Carolis a mal négocié, il faut reprendre le contrat », s’est vu entendre Telfrance, choqué par l’attitude du diffuseur public.

Pourtant, la précédente renégociation, déjà difficile, avait donné lieu à un psychodrame public. « Ce n’est pas qu’il a été mal négocié, rectifie France Télévisions. Certaines clauses ne sont pas claires et donnent lieu, aujourd’hui, à des interprétations différentes. »

Patrick de Carolis serait un mauvais négociateur, à en croire les propos prêtés par Telfrance à Emmanuelle Guilbart, directrice générale déléguée aux programmes de France Télévisions. Que chacun se forge son avis après examen des concessions réciproques. Partons d’abord d’un constat : Plus belle la vie, avec ses quelque 20 % de part d’audience, sauve France 3 d’un désastre cependant déjà bien avancé. Carolis a obtenu 45 % des recettes annexes là où France 3 n’en touchait aucune. Par recettes annexes on entend : les ventes internationales et les produits dérivés (tee-shirts, etc.). L’ancien P-DG a également obtenu le droit de multirediffuser le feuilleton sur toutes les chaînes du groupe alors qu’auparavant seule France 3 avait droit à deux rediffusions. Ce qui signifie que la rediffusion de Plus belle la vie sur France 4 était payante. Telfrance a également concédé les droits numériques de catch-up durant sept jours à compter de la diffusion à l’antenne. 

Les chers moyens de France 3 Méditerranée

En contrepartie, le prix versé par France Télévisions est passé de 24,59 à 30 millions d’euros par saison à partir de l’année 2010. Ce prix est indexé sur l’inflation jusqu’en 2013, le producteur s’engageant à la répercuter intégralement sur le salaire des acteurs. C’est ici que les points de vue achoppent vivement : pour France Télévisions, cette clause n’implique que l’inflation. Pour le producteur, l’augmentation du prix va au-delà. Concernant les moyens techniques, Telfrance a également maintenu le contrat de sous-traitance avec France 3 Méditerranée (12 millions d’euros par an). Or les moyens techniques de France 3 sont supérieurs de 25 % aux prix du privé… Telfrance dispose là d’un puissant levier contre France Télévisions.

Alerté, Rémy Pflimlin, le P-DG de France Télévisions, animé d’un esprit plus pacifique que ses troupes, se serait engagé à temporiser… À suivre.

 

Source : Merci à nos confrères du site lepoint.fr pour ces informations.

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin