Emilie s’inquiète pour Kévin qui regarde en boucle la vidéosurveillance

17 octobre 2019 06:25

Alors qu’il voit Emilie débarquer au commissariat, Kévin est surpris : « Qu’est-ce que tu fais là ? ». Elle annonce : « Salut. Je m’inquiétais. Ça fait trois jours que je t’ai pas vu ». Il se justifie : « Ah oui. J’ai pas bougé d’ici. Et j’ai plus de batterie sur mon téléphone ». Sa copine confie : « Je t’ai apporté des viennoiseries. Tu fais une petite pause ? ». L’adjoint de sécurité refuse : « Non. Pas maintenant. Regarde ce que j’ai trouvé sur les caméras de vidéosurveillance : une silhouette qui est sortie des décombres après le 2ème effondrement du gymnase. On avait perdu sa trace. Je l’ai retrouvée. Ce sont les mêmes fringues, les mêmes pas, la même démarche. Tu crois pas ? ».

La fille de Babeth donne son avis : « Honnêtement je sais pas. On n’y voit pas grand-chose. Et puis des silhouettes comme ça tu peux en voir plein dans la rue ». Kévin lance : « C’est elle ! Si c’était pour dire ça »… Elle le coupe : « Il faudrait que tu te reposes. Tu revisionneras ça tout à l’heure parce que là t’as plus les idées claires ». Le fils de Jérôme décide de manger en même temps. Emilie tente de lui faire comprendre : « Tu vas pas tenir le coup à ce rythme-là. Il faut que tu décompresses ». Il explique : « Tu comprends pas ? Regarder cette vidéo c’est le seul moyen pour éviter que je pète un plomb ! C’est le seul truc qu’on me laisse faire. Je décompresserais quand j’aurais trouvé une piste. Et là j’ai un truc ». Elle termine : « Ok. Je vais te laisser ».

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, France 3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2019)