Désespérée, Jeanne accuse injustement Vincent d’être responsable de la catastrophe !

26 septembre 2019 02:20

Alors qu’elle débarque chez GTS, Jeanne engage la conversation avec Vincent qui est dans son bureau : « Tout ce que tu trouves à faire c’est te réfugier ici ? ». Il annonce : « J’ai besoin de calme ». Elle lance : « Pendant que les pompiers préparent leurs explosifs ? Mais tu devrais être au QG là pour leur dire d’arrêter ! ». Son compagnon confie : « Je réfléchis à une alternative. Si j’arrive à récupérer les plans des anciens égouts je pourrais peut-être trouver un accès ». La directrice de l’hôpital Marseille-Est est choquée : « Les égouts ? Mais attends tu planes à 4000 mon pauvre ! ».

Vincent lui conseille de lui faire confiance : « On va sauver Mila ». La fille d’Anémone s’énerve : « Te faire confiance ? Mais tu savais qu’il y avait un problème et t’as rien dit ! Tu l’as laissée y aller ! ». Le manager de GTS se justifie : « J’avais juste un doute sur la conformité de l’extension ». Elle poursuit : « Et t’as fait quoi ? Dis-moi, t’as fait quoi ? Rien ! ». Vincent lui rappelle : « On m’a pas laissé vérifier ! ». Jeanne lâche : « Mais c’est toi qui l’a conçu ce gymnase, d’accord ! Et t’es incapable de sortir Mila de là ! ». Son compagnon essaie de la calmer : « Laisse-moi juste le temps de retrouver les plans de ces anciens égouts ». La directrice de l’hôpital Marseille-Est balance : « Non mais tu vois pas qu’on n’a pas le temps là ? Il fallait se bouger avant ! Mais tu vois pas que c’est trop tard et que Mila va mourir ! ». Il poursuit ses recherches…

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, France 3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2019)