Estelle exige que Max lui donne le revolver qui a incriminé Francesco !

10 septembre 2019 15:35

A la blanchisserie, Max engage la conversation avec Estelle : « Samir va prendre contact avec toi sur ce téléphone ». Elle demande : « Il est au courant que c’est moi qui te remplace ? ». Il répond : « Oui. Il va te donner un lieu de rendez-vous. Une fois que t’arrives là-bas, tu récupères la marchandise et tu reviens ici le plus vite possible, ok ? Allez vas-y, qu’est-ce que t’attends là ? Bouge ! ». L’esthéticienne lance : « Le flingue avec les empreintes de Francesco ! ». Max réplique : « Tu me prends pour un con ? Ça c’est au retour que tu l’auras ».

Elle refuse : « Ah non ! Qu’est-ce qui me prouve que tu vas respecter ton engagement ? ». Le dealer lâche : « Et moi qu’est-ce qui me prouve que tu vas faire le job si je rends le flingue ? ». Estelle dit : « De quoi ta peur ? Y’a tous mes proches ici, tout le monde. Je sais très bien ce qui va leur arriver si jamais je déconne ». Max reste sur sa position : « Tu ramènes la coke, tu récupères le flingue. Dans cette ordre ». Elle lui tient tête : « Je récupère le flingue et je rapporte la coke. A prendre ou à laisser ». Le dealer cherche à savoir : « Quand est-ce que t’arrêtes de me chercher ? ». La compagne de Francesco l’interroge : « Et toi quand est-ce que tu vas arrêter me coller ? Tu m’auras jamais ! ». Max lui affirme qu’un jour elle n’aura pas le choix : « T’as des couilles, tu sais. Peut-être même un peu trop ». Estelle ne lâche rien : « Alors tu décides quoi ? ». Le dealer cède : « Ok. Tu vas l’avoir le flingue ».

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, France 3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2019)