Eléonore Sarrazin se confie sur Sabrina : « Au regard de mon interprétation, les auteurs l’ont rapprochée de moi »

13 août 2019 22:07

Présente depuis plusieurs années dans Plus belle la vie, Eléonore Sarrazin qui interprète Sabrina s’est prêtée au jeu du questions-réponses à l’occasion des 15 ans de la série diffusée sur France 3 dans une interview réalisée par le site ouest-france.fr.

Quel bilan tirez-vous de ces trois années  ?

« Je suis aussi heureuse d’aller travailler le matin qu’à mes débuts, c’est le seul bilan qui m’importe  ! ».

Comment votre personnage évolue-t-il  ?

« Quand Sabrina est arrivée dans l’histoire, elle n’avait ni boulot, ni logement, ni amis, ni famille. Elle a une situation désormais, des amis, elle se construit une vie. Elle était très sauvage, ancrée sur ses positions. Grâce à l’amour des gens, elle commence à s’adoucir ».

Rêve-t-elle toujours autant de célébrité  ?

« Elle a trouvé un job qui lui plaît, mais ce désir d’être belle, qu’on la voie, de susciter de l’envie n’a pas changé. Si demain on élisait Miss Mistral, elle serait une des premières à s’inscrire ! ».

La comprenez-vous  ?

« Sabrina passe par tous les sacrifices pour son image. Dans ma vie quotidienne, si je peux éviter de faire du mal à ma peau en la maquillant ou de porter des chaussures inconfortables, je le fais ! ».

Vous dites en effet que c’est un gros travail de composition, car elle ne vous correspond pas…

« En fait, elle me correspond de plus en plus. Au regard de mon interprétation, les auteurs l’ont rapprochée de moi. On lui a donné un look un peu pin-up années 40-50. Je mets parfois mes propres boucles d’oreilles, j’ai ajouté des stickers à son mobile. J’aime apporter ces petites touches ».

Vous avez une formation à l’américaine incluant chant, danse…

« Mes parents sont dans le divertissement, ils sont comédiens et musiciens (elle est la fille d’Ariane Carletti du « Club Dorothée », et de Rémy Sarrazin, bassiste des Musclés). Ils m’ont dit que, si je voulais faire un métier lié à la scène, il fallait que je sois la plus polyvalente possible. Je suis danseuse depuis que je suis petite et j’ai appris l’anglais seule, c’est ma fierté ».

Un souvenir de l’accueil qu’on vous a réservé  ?

« Je suis arrivée avec des contraintes particulières. J’étais quand même très peu vêtue, il faut l’assumer en tant que comédienne. J’ai connu des tas de petits moments de bienveillance qui font de cette série ce qu’elle est. Nous recréons une famille à Marseille. Nous nous soutenons ».

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, France 3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2019)