Marwan Berreni (Abdel) se souvient de son premier jour dans PBLV : « J’étais complètement flippé »

20 mai 2019 18:30

Après Anne Décis (Luna) et Fabienne Carat (Samia), c’est au tour de Marwan Berreni (Abdel) de se livrer à des confidences dans le mook « Plus belle la vie : La revue officielle ». Il fait la Une du troisième numéro à retrouver en kiosques et en librairies depuis ce lundi 20 mai 2019. L’occasion pour l’acteur né en 1988 de revenir, entre autres, sur son parcours dans Plus belle la vie.

Vous fêtez cette année vos dix ans dans Plus belle la vie. Que voyez-vous quand vous regardez dans le rétro ?

Marwan Berreni : « Ça ne me rajeunit pas ! A 20 ans, j’avais l’impression d’être un adulte et avec le recul, je me rends compte que j’étais encore un gamin qui ne connaissait pas grand-chose à la vie ! J’ai beaucoup grandi ! Et la série a sans doute un peu contribué à faire ce que je suis. Ces dix dernières années, il s’est passé beaucoup de choses pour moi autant sur le plateau de Plus belle la vie que dans ma vie privée. J’ai eu des hauts et des bas, mais ça m’a permis d’avancer et de mieux me connaître ».

Quelles étaient vos aspirations à l’époque ? Et à 30 ans, de quoi avez-vous envie ?

« Je venais de décider d’arrêter mes études de commerce pour vraiment tenter ma chance en tant qu’acteur. Mes camarades rigolaient, pourtant j’avais déjà fait du théâtre et de la fiction télé sur Disney Channel. J’imaginais mener une carrière au théâtre et, en grandissant, me tourner vers le cinéma. Aujourd’hui, je suis heureux de mon parcours. Et puis de nouvelles choses se rajoutent. J’essaie de monter une série et j’ai une idée de film, je me sens épanoui dans le rôle d’initiateur de projets ».

Quel souvenir gardez-vous de votre première journée ?

« J’avais déjà l’habitude des tournages mais quand tu débarques dans cette machine de guerre qu’est Plus belle la vie, tu ne peux être qu’impressionné. Je me sentais tout petit au milieu de tout ça. Mes premières scènes se sont déroulées au commissariat avec Stéphane Hénon. Boher annonçait à Abdel qu’il allait le prendre sous son aile. J’étais complètement flippé et en même temps Stéphane m’a accueilli comme un ami, voire comme un papa ».

Est-ce que des moments en particulier vous ont marqué ?

« Toute la partie avec la mort de sa mère a été une période très dense psychologiquement pour moi. C’est une intrigue qui m’a fait me remettre en question, d’autant que j’ai vécu un drame familial avec l’assassinat de mon petit frère. Tout ce qui a trait à la mort me touche profondément et avec Abdel, j’y suis souvent confronté. Ce sont des moments très forts ».

Votre personnage a connu une transformation radicale, en passant dans l’illégalité. Comment vous êtes-vous glissé dans la peau du nouvel Abdel ?

« Je n’étais pas prêt au départ ! D’ailleurs, quand j’ai dû jouer ces scènes de dureté, les réalisateurs m’ont poussé dans mes retranchements. Je n’avais jamais incarné de méchant. C’est notamment en allant chercher une voix plus grave que j’ai campé le nouvel Abdel. C’est super excitant et jouissif pour moi de jouer un homme aussi paradoxal et même dégueulasse parfois ».

N’avez-vous pas eu peur que le public tombe en désamour ?

« C’est vrai, on a frappé un grand coup en faisant un choix audacieux pour Abdel. Moi-même, je me suis posé des questions de moralité. Mais j’avais surtout peur qu’il se retrouve en prison pour de longues années et qu’il disparaisse définitivement de la série ! Finalement, le public lui a pardonné tous ses meurtres. J’ai été surpris et touché car ça veut dire que les fans ont compris qu’il était pris dans un engrenage et qu’il passait à l’acte pour protéger les siens. Il a un petit côté héroïque ».

Vous semblez très proche de certains comédiens de Plus belle la vie

« Il y a une ambiance formidable sur la série, ça crée des liens ! J’ai aujourd’hui plein de copains grâce à Plus belle la vie et j’ai vécu de belles histoires sentimentales avec des comédiennes, mais j’ai surtout noué une véritable relation avec Dounia Coesens (Johanna), qui est ma meilleure amie. On passe énormément de temps ensemble ».

Que faites-vous quand vous ne tournez pas ?

« Je me suis installé cette année dans un petit village dans la région de Mâcon au cœur des vignobles. J’ai envie de travailler un peu dans la vigne. Avoir une activité manuelle me manque, mais j’ai quand même créé un espace pour mes bureaux dans ma maison pour accueillir, notamment, les auteurs qui travaillent sur mon projet de série. J’ai sauté le pas pour une nouvelle vie, on verra bien ! ».

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, France 3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2019)