Kévin est violemment mis à l'index par ses collègues !

 

Kévin est violemment mis à l’index par ses collègues !

11 / 04 / 2019

 

Au commissariat, Eric lance à Léo : « On est d’accord que c’est ton petit protégé qui a balancé Patrick ? ». Il réplique : « Il dit que c’est pas lui ». Le Capitaine Norman lâche : « Mais c’est lui quand même ! ». Ariane se mêle de leur échange : « Evidemment que c’est lui. Qui d’autre sinon ? ». Le Capitaine Castelli dit : « Par contre c’est pas lui qui a mis le fric dans le casier. Ça vraiment j’ai du mal à le croire ». Eric tente de lui faire comprendre : « Tu sais quand on est capable de dénoncer un collègue »… Léo reconnaît : « Oui c’est lamentable je suis d’accord avec toi. Mais piquer les scellés, monter un piège, c’est carrément tordu ». La policière dit : « Ok, ok. Peut-être. On n’a pas dit que c’est lui qui avait fait ça ». Le père de Barbara demande : « Alors comment l’argent est arrivé dans le sac de Patrick ? ». L’ex de Jean-Paul l’interroge : « A ton avis ? ».

Eric indique : « Ariane pense qu’il l’a mis lui-même et qu’il comptait vraiment l’utiliser pour mettre la pression sur le fourgue de Messaoud ». Le Capitaine Castelli n’y croit pas : « Impossible, c’est pas ses méthodes. Je vous le garanti ». Ariane balance : « Tu sais, quand on veut des résultats, on oublie parfois un peu les règles ». Léo lui tient tête : « Toi peut-être mais pas Patrick ! ». Eric est d’accord avec ça : « Moi je pense que c’est Belesta qui l’a mis donc la question elle se pose même pas ». La policière s’emporte contre Kévin : « Tiens, quand on parle du loup ! ». Le Capitaine Norman aussi : « Ça va t’es tranquille ? T’es fier de ton comportement ? Mais vas y détend-toi, pète un coup ! On sait que c’est toi qui a contacté l’IGPN ». Ariane indique : « Mais tu crois quoi toi ? Que les mecs comme Messaoud on les arrête avec le code pénal ? Tu sais, pour attraper les ordures, il faut un petit peu se salir les mains ». L’adjoint de sécurité s’énerve : « Ah ouais, même buter les innocents ? ». Eric dit : « Bah voilà… Ça y est, t’avoues ! C’est toi qui a balancé Patrick. C’est ça ? Putain ! ». La policière termine : « Mais casse-toi dégage, on n’a pas besoin de traite comme toi ici ! ».

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin