Vincent apprend que sa place est menacée à GTS !

19 octobre 2018 22:30

A GTS, Ian Moos convoque Vincent dans son bureau : « C’est à propos du conseil d’administration de vendredi. Ta place de manager est menacée ». Le compagnon de Jeanne est agréablement surpris : « Quoi ? ». Le patron de la boîte avoue : « Je suis aussi étonné que toi. Il semblerait que tu n’aies plus la confiance de certains actionnaires ». Vincent explique : « Enfin c’est quoi cette histoire ? J’étais encore en ligne tout à l’heure avec les administrateurs australiens qui étaient super contents de mon rapport de gestion ».

Ian Moos demande : « Et les français ? ». Le compagnon de Jeanne répond : « Je ne vois pas qui voudrait me sortir. Ici je m’entends bien avec tout le monde. Il y a eu quelques frictions avec Christophe mais il n’est plus là ». Le patron de la boîte poursuit : « Mais tu t’es jamais demandé qui allait récupérer ses parts ? Tu le connais pourtant… C’est César. Il a hérité de 23 % des parts de GTS France ». Vincent est choqué : « Tu plaisantes ? ». Ian Moos le questionne : « Il s’est passé quelque chose entre vous pour qu’il soit aussi remonté contre toi ? ». Vincent lâche : « Evidemment. Je l’ai viré. Il avait mis un coup de poing à la gueule de Delmas devant tout le monde. Je n’avais pas le choix ». Le patron de la boîte lui suggère d’apaiser les tensions et de passer à autre chose : « Je serais vraiment déçu que tu partes. Mais je ne peux pas m’opposer aux actionnaires locaux quand il s’agit de l’équipe dirigeante. Alors à toi de convaincre César ».

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, France 3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2019)