Antoine apprend que Victor est recherché par Interpol !

08 octobre 2018 22:18

Alors qu’il est dans la nature avec Antoine, Victor lui confie son histoire : « Quand j’ai fui la Syrie, j’ai trouvé refuge en Turquie grâce à une ONG. Et après cette ONG m’a trouvé du taff dans une usine. J’étais content. Je me disais que le pire était derrière moi ». Le frère de Théo réplique : « Ecoute, t’es pas obligé de me raconter si c’est trop difficile pour toi ». Le neveu d’Elias poursuit : « Je veux que tu saches. Dans cette usine, on était traité comme des chiens. On travaillait 16 heures par jour. On dormait dans des dortoirs. Il y avait des rats des poux ».

L’adolescent transgenre est choqué : « C’est dégueulasse. Et personne disait rien ? ». Victor explique : « Personne n’osait. On était tous des réfugiés. On avait fuit la guerre et on était terrorisés. Mais un jour j’ai décidé de m’enfuir pour balancer les patrons. Je me suis dit plutôt mourir que de vivre comme ça. Mais les matons m’ont chopé et je me suis fait tabasser. J’ai failli mourir mais dès que je me suis remis de mes blessures j’ai voulu réessayer alors j’ai mis le feu à une porte pour faire diversion et le feu s’est propagé. Tout le bâtiment a brûlé ». Antoine l’interroge : « Il y a eu des morts ? ». Le neveu d’Elias répond que non : « Mais l’usine a porté plainte pour acte de terrorisme. Un syrien, sans papiers, responsable d’un incendie. Depuis, je suis recherché par Interpol. Imagine si on me retrouve, je retourne en Turquie et je serais jugé ».  

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, France 3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2019)