Sébastien est mal à l’aise face à Babeth qui croit qu’il est fidèle

20 janvier 2020 21:58

Alors qu’il est au chevet de son épouse, Marie, qui est toujours dans le coma à l’hôpital Marseille-Est, Sébastien lui parle de Laetitia : « Tu te souviens de la femme dont je t’ai parlé ? Au début j’ai lutté tu sais. J’ai résisté. Et puis j’ai fini par céder. Enfin, on a fini par céder. Et puis c’était bien. C’était vachement bien. Enfin je croyais que c’était bien. Tu vois c’est un peu comme une fenêtre que t’aurais pas vu et qui s’entrouvre sur un joli paysage. Sauf que toi t’es coincée à l’intérieur et tu peux pas en profiter. Elle s’appelle Laetitia ».

A cet instant, Babeth débarque : « Non, non. Bougez pas. Je viens juste changer la perf. Comment elle va aujourd’hui ? ». L’homme réplique : « Je sais pas. Pareil qu’hier ». L’infirmière tente de lui faire comprendre : « C’est frustrant. Mais c’est très important de lui parler ». Sébastien lâche : « Oui. Enfin, tout dépend de ce qu’on lui raconte ». La femme de Patrick donne son avis : « C’est important que vous soyez avec elle, tout court ». L’homme indique : « C’est pour ça que je viens souvent ». Babeth constate : « Et sans espacer vos visites en plus ». Sébastien cherche à savoir : « Pourquoi y’en a qui font ça ? ». Elle révèle : « Souvent. Mais pas vous. J’admire. C’est beau la fidélité ». L’homme balance : « Je suis pas un Saint vous savez ». Il est mal à l’aise. L’infirmière rigole : « J’espère pour vous. Bon, c’est la pause. Je vais me chercher un café. Vous en voulez un ? ». Sébastien termine : « Euh non merci. Ça ira ».

.

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, france•3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2020)