Mila détruit Valère : « J’espère que tu vas en chier tout le reste de ta putain de vie ! »

11 novembre 2019 09:39

Dans les couloirs du Lycée Vincent Scotto, Mila coince Valère et le frappe : « Pourquoi t’es revenu ? ». Il annonce : « Pour ça. Pour affronter vos regards. Le tien et celui des autres ». Elle demande : « Et tu crois que ça va changer quelque chose ? ». Le fils de Carole Leconte réplique : « Ecoute, j’attends rien. Je veux juste faire le contraire de ce que j’ai fait en vous abandonnant sous ce gymnase ». La sœur d’Alison lance : « Venir au lycée, marcher dans les couloirs… Bravo ! Mais quel courage ! ». Valère lui propose de le tacler : « Vas-y lâche-toi. Je suis là pour ça ».

Elle hurle : « Je supporte pas de voir ta gueule t’entends ? A chaque fois que je te vois, je repense à ce moment où tu t’es jeté sur ce putain de treuil pour te sortir du trou dans lequel on était tous en train de crever ! ». Le fils de Carole Leconte affirme : « Moi aussi j’y pense. Et à chaque fois que j’y pense je regrette ce que j’ai fait ». Mila lâche : « Si Angèle était morte ? Si moi j’étais morte ? Tu sais ce que j’ai ressenti quand j’ai compris que j’étais rien pour toi et que t’étais prêt à me laisser crever ? ». Valère se justifie : « J’ai eu peur ». Elle poursuit : « J’avais confiance en toi. Et tu m’as abandonnée ». Le fils de Carole Leconte dit : « Je sais que tu me pardonneras jamais. Je te comprends. Même si ça me flingue ». La sœur d’Alison termine : « Tu sais quoi ? J’espère que tu vas en chier tout le reste de ta putain de vie ! ».

.

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, france•3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2020)