Estelle traite Sabrina de « cagole, pétasse et poufiasse » !

11 juillet 2018 11:37

A la coloc, Estelle félicite Sabrina qui a fait tout le ménage : « C’est vraiment nickel ! T’as fait du super boulot ! Merci beaucoup. En plus, ça n’était même pas ton tour ». La serveuse confie : « Je voulais montrer que moi aussi je pouvais y mettre du mien ». L’esthéticienne lui offre un cadeau. Sabrina est touchée : « Merci, c’est trop gentil ». Estelle explique : « C’est le tout nouveau soin bio, et à la noix de coco, comme tu aimes ». Elles font un câlin. Estelle se propose de l’aider à étendre le linge : « Je suis désolée d’avoir dit que tu n’étais pas autonome, tout ça ». La serveuse s’excuse de l’avoir traitée « d’esthéticienne. Surtout que ce ne sont même pas des insultes ». Elles rigolent : « C’est n’importe quoi » et décident d’oublier tout ça.

Barbara téléphone en disant qu’elle aimerait préparer le repas pour tout le monde le soir-même : « Ça vous dit ? ». A cet instant, Estelle remarque que sa combinaison blanche toute neuve a été lavée par Sabrina avec sa chaussette rouge voilà pourquoi elle est devenue rose. La serveuse s’excuse : « Je suis désolée. Je ne savais pas qu’elle était restée dans le tambour ». L’esthéticienne hurle : « Je sais pas mais on regarde toujours ce qu’il y a dans le tambour avant de faire une machine de blanc. C’est pas compliqué ! Tu sors d’une grotte c’est pas possible ». Sabrina lui ordonne de détendre son string. Estelle la traite de « cagole, pétasse, poufiasse ». La serveuse trouve que c’est une pauvre fille…

.

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, france•3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2020)