Luna souhaite aider Sacha dans son enquête sur l’enfant inconnu !

23 mai 2018 01:12

Sacha est au chevet de l’enfant inconnu à l’hôpital. Il tourne en rond pendant qu’il est toujours dans le coma. Le journaliste en profite pour fouiller dans ses affaires personnelles. Dans un sac plastique qui se trouve dans l’armoire, il découvre un briquet dédicacé : « A mon frère. Martin ». A cet instant débarque Luna : « Je te dérange pas ? ». Il demande : « Qu’est-ce que tu fais là ? ». Elle explique : « En fait Babeth m’a dit que tu étais là alors je voulais voir si tout allait bien ». Il révèle : « Je sais que quelqu’un rend visite à ce gosse et je veux savoir qui c’est ».

Sa compagne cherche à savoir : « Et tu vas rester là en attendant qu’il se pointe ? ». Il confirme : « Oui. Qu’est-ce que je peux faire d’autre ? ». La patronne du Celeste le questionne : « Mais t’as le droit d’être ici ? T’es pas de la famille. Personne ne te dis rien ? ». Il souligne : « Babeth me connaît et je m’éclipse dès que les aides-soignantes viennent » et lui révèle avoir trouvé un briquet signé Martin. La fille de Mirta reconnaît : « C’est vrai que ça fait mal au cœur de le voir tout seul ici ». Sacha lui apprend qu’il va rester un moment sur place et lui suggère de retourner bosser. Elle refuse. Son envie ? L’aider à trouver qui est ce gamin.

Peu après, Sacha est aux petits soins pour le garçon. Il lui parle : « Mais tu es qui bonhomme ? Tu veux pas te réveiller pour que j’essaie de t’aider un peu ? ». A cet instant, il ouvre les yeux et commence à bouger sa main.

.

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, france•3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2020)