Carole Leconte supplie Léa de l’aider !

08 mai 2018 13:22

Carole Leconte passe voir Babeth à son domicile : « Patrick va bien. Ne vous inquiétez pas. Je suis ici parce que j’ai besoin de votre aide. On a un problème. L’un des fugitifs a été blessé par balle ». L’infirmière pense qu’il s’agit d’Abdel. La substitut du procureur révèle que c’est Lisandru : « Je sais que ça va vous paraître bizzare mais on a besoin qu’il soit remis sur pieds rapidement et qu’il s’en sorte ». Elle révèle : « Il doit voir un médecin. Je suis désolée. Je ne peux demander à personne d’autre ». Babeth est agacée quand elle se tourne vers Léa : « Ah non ! Vous n’allez pas demander à ma fille de soigner un truand en cavale ! Il est au courant Patrick ? ».

Carole Leconte reconnaît : « Non. J’ai préféré ne rien lui dire. Ecoutez, la place du Mistral sera hyper sécurisée. Je ne peux pas vous garantir qu’il n’y aura aucun risque mais si Liberati meurt c’est toute l’opération qui échoue ». La femme du Commandant Nebout perd patience : « Non mais démerdez-vous ! Il y a quand même d’autres médecins que ma fille à Marseille ! ». La substitut du procureur indique : « Oui. J’aurais bien demandé à Ghika mais il est à l’étranger en ce moment. Je suis coincée là. Vraiment ». Quand Léa apprend que Lisandru est victime d’une grosse hémorragie, elle décide d’y aller. Babeth préfère s’y rendre à sa place mais sa fille tente de lui faire comprendre qu’elle n’est pas compétente pour ce genre d’intervention. Carole Leconte remet un briquet (un émetteur GPS, un mouchard), qu’elle doit remettre à Abdel très discrètement…

.

Plus belle la vie fait battre le cœur des téléspectateurs depuis 2004. La série tient toujours sa promesse de divertissement et d’émotions, alliant suspense, romance, comédie et sujets de société. C’est une histoire mais aussi un espace où l’on se retrouve face à la vie de tous les jours, dans une réalité sociétale quotidienne et multiculturelle, ouverte et multiple.

Les médias utilisés sur ce site appartiennent à Telfrance, france•3 et à leurs auteurs.

© PBLV-plusbellelavie.fr (2004 – 2020)