A Bruxelles, la relation d'Antoine et Clément se renoue

 

A Bruxelles, la relation d’Antoine et Clément se renoue

04 / 12 / 2018

 

A Bruxelles, Clément lance à Antoine : « Il pèse trois tonnes ce sac. On s’est lâché sur les chocolats ». Il réplique : « Ouais, s’il te plaît. Tu les laisse loin de moi. J’ai pas envie de me goinfrer avant le match. Déjà la gaufre c’était une mauvaise idée alors ». Son père le prend dans ses bras : « Hey, je t’ai trouvé en super forme hier soir à l’entraînement. C’est vrai. Y’a rien qui passait. Un vrai coffre-fort ta cage ».  Le frère de Théo explique : « Je me sens plus en confiance depuis la rentrée ». Clément l’interroge : « Et de jouer dans une équipe de filles, ça te pèse pas trop ? ».

Il indique : « Bah c’est comme ça. J’ai pas trop le choix. C’est pas évident mais en même temps c’est ma team tu vois. Avec les filles on est solidaires, comme les doigts de la main ». Clément confie : « A un moment ça m’a fait bizarre d’en entendre une crier Clara ». Antoine révèle : « Elles ne peuvent pas se permettre de m’appeler Antoine devant l’arbitre ». Le compagnon de Coralie constate que la situation est compliquée : « C’est dur après tout ce que t’as fait pour être reconnu comme garçon ». Le frère de Théo dit qu’il n’a pas d’autre solution pour continuer le hand : « Et je ne veux pas arrêter parce que je kiff trop ça »… Clément indique : « Je me suis senti mal pour toi. Je crois que j’ai ressenti pour la première fois ce que t’as vécu avant ta transition. Je t’ai vu comme un mec, c’est vrai ».

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin