Patrick cherche une preuve qui consolide l'alibi de Babeth

 

Patrick cherche une preuve qui consolide l’alibi de Babeth

10 / 11 / 2018

 

Alors qu’il est avec Patrick, Eric lance : « Maintenant retourne bosser sur autre chose. T’as rien à foutre avec moi là ! ». Il réplique : « Il s’agit innocenter ma femme. Je reste ». Son collègue lance : « Si le contribuable savait à quoi sert son pognon ». Le Commandant Nebout lâche : « Comme si t’en avais quelque chose à foutre du contribuable. On va parcourir le quartier et on va finir par tomber sur quelqu’un qui a rencontré Babeth au moment où Anne s’est fait tirer dessus ».

Le Capitaine Norman fait de l’humour : « En même temps elle aurait le physique de Kim Kardashian je dis pas. Mais là. On perd notre temps. Elle a dit qu’elle n’avait parlé à personne. C’était il y a deux semaines. Comment veux-tu que quelqu’un s’en souvienne ? »… Patrick balance : « On cherche ! Ça s’appelle une enquête ! ». Eric indique : « En même temps, ta femme qui tire sur ta maîtresse, je comprends que tu sois un peu tendu ». Le Commandant Nebout est catégorique : « Anne n’est pas ma maîtresse et Babeth n’a tiré sur personne. Toi qui était avec Anne quand on lui a tiré dessus, tu n’as rien remarqué qui pourrait nous aider ? ». Il souligne : « Si j’avais su un truc, je l’aurais déjà dit ». Le beau-père de Léa insiste : « Putain, t’es flic ! C’est ton métier de te souvenir des détails. Alors, fais un effort ! ». A cet instant, Patrick reçoit un appel. On lui apprend qu’un ouvrier a retrouvé un flingue sur un chantier et qu’il correspond à celui utilisé pour viser Anne. Il révèle à Eric : « C’est à 500 mètres du lieu de la fusillade. On va enfin pouvoir avancer ».

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin