Carole Leconte considère qu'Aziz n'a pas tiré sur Anne et que la mort d'Alexandre Sartène est un suicide

 

Carole Leconte considère qu’Aziz n’a pas tiré sur Anne et que la mort d’Alexandre Sartène est un suicide

01 / 11 / 2018

 

Au commissariat, Carole Leconte annonce qu’elle va devoir libérer Aziz. Anne est choquée : « Quoi ? Mais c’est lui qui m’a tiré dessus ! ». La substitut du procureur lance : « Vous avez des preuves ? ». Patrick répond à sa place : « Il nous a menacé de mort tous les deux la semaine dernière ». Carole Leconte lance : « Mais ça, ça s’appelle un mobile. Pas une preuve. Et je suis désolée de vous l’apprendre mais la justice de ce pays se base sur des preuves ».

La sœur de Stan aimerait avoir du temps pour le cuisiner. La substitut du procureur indique : « Mais ça fait 48 heures qu’il est là. Il n’a pas prononcé un mot ».          Patrick révèle : « Aziz est un dealer. Il a déjà fait des dizaines d’interrogatoire. Il ne va pas passer à table comme ça ». Carole Leconte perd patience : « C’est vrai ! Suis-je bête, on n’a pas encore essayé la torture ! ». La Commissaire Olivieri balance : « Vous voulez qu’une fois dehors il me descende pour de bon, c’est ça ? ». La substitut du procureur affirme : « Vous savez très bien que je ne peux pas le garder ». Le mari de Babeth est catégorique : « Il est impliqué dans la mort de Sartène et de son indic. C’est certainement lui qui a tiré sur la Commissaire et vous allez le relâcher ? ». Carole Leconte révèle : « Je veux des preuves. Soit vous m’en apportez. Soit il sort ». 

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin