Hector : Voici son VRAI PRÉNOM, son VÉRITABLE MÉTIER et la RAISON pour laquelle il est à Marseille !

 

Hector : Voici son VRAI PRÉNOM, son VÉRITABLE MÉTIER et la RAISON pour laquelle il est à Marseille !

31 / 08 / 2018

 

A la coloc, Hugo annonce à Estelle : « Je dois tuer mais je n’y arrive pas. J’ai retrouvé la mémoire. Je sais pourquoi j’avais ta photo sur moi ». Abdel conseille à la jeune femme d’aller voir la police. Elle insiste auprès de l’accidenté devenu amnésique pour tout savoir. Il lâche : « Après tu iras voir la police. Tu as ma parole. Je m’appelle Joris. J’ai été envoyé à Marseille en mission pour tuer. J’étais militaire. Après je suis parti dans le privé. Il y a huit mois j’ai été engagé par une compagnie qui exploite le cobalt au Mali. La région était contrôlée par les islamistes alors on devait protéger leurs convois de minerais. Un jour, on a dû traverser un villageen camion. Tout se passait bien jusqu’au moment où on a repéré un groupe d’hommes qui tenait un lance-roquettes. On a tiré avant eux. On a été vérifié dans la baraque et c’était des gens normaux qui faisaient des travaux. Ce qu’on avait pris pour un lance-roquettes c’était rien qu’un tuyau de ferraille ».

Estelle est très choquée : « Vous avez tué des civils ? ». Il confirme : « Oui. J’oublierais jamais. On nous a demandé de tout nettoyer et de faire passer notre bavure pour un attentat islamiste ». L’avocat lâche : « Tout ça pour ne pas salir la compagnie de minerais ». Hector poursuit : « Ils nous ont dit que personne n’apprendrait la vérité mais il y avait une journaliste, Ama, qui a recueilli des preuves, des témoignages. Elle allait sortir un article ». Abdel le questionne : « C’est pour ça qu’il fallait la tuer ? ». Estelle a peur : « La compagnie pense qu’Ama m’a mise au courant pour l’enquête ? ». Il répond que oui : « Vous étiez amies. Elle te faisait confiance. Elle a pu te donner des documents, quelque chose ». L’esthéticienne lui jure que non : « Rien. Je te l’aurais dit. Jamais vu Ama à l’aéroport avant qu’elle parte. Elle m’avait offert un bibelot. C’était bizarre. C’était un petit éléphant, comme un souvenir ». Hectort cherche à savoir : « Il est assez grand pour cacher des documents ? ». Elle ne le sait pas : « C’est petit. Je l’ai laissé aux Belles du Mistral ». Il décide d’aller vérifier sur place : « C’est la seule piste qu’on a pour te sauver ».

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin