Ariane affirme à Carole Leconte qu'Hélène est une criminelle !

 

Ariane affirme à Carole Leconte qu’Hélène est une criminelle !

03 / 07 / 2018

 

Au commissariat, Ariane annonce à Carole Leconte qu’Hélène ment depuis le début avec sa légitime défense : « Pour moi, elle a prémédité le meurtre de son mari. Point barre ». La substitut du procureur demande : « Si vous pouviez étayer un peu vos propos, ça m’aiderait ». La blonde confie : « J’ai été interroger le voisin. Il m’a jugé qu’il ne la connaissait pas. Or, les relevés téléphoniques d’Hélène prouvent le contraire. Je ne connais pas beaucoup de femmes sous l’emprise d’un mari violent qui se tapent le voisin ». Carole Leconte cherche à savoir : « C’est vous qui avez interrogée Hélène Trésar ? ».

La compagne de Jean-Paul lâche : « Non. C’est Norman. Enfin, il pense comme moi ». La substitut du procureur explique : « Cette femme en a bavé pendant des années. On pourrait comprendre qu’elle soit bouleversée, non ? ». Ariane balance : « Bouleversée ou pas, elle mérite de rester en préventive ! ». Carole Leconte lui reproche de prendre des décisions qui ne lui appartiennent pas : « Vous vous êtes trompée de branche. Vous pensez être Juge des libertés, c’est ça ? Avec vous c’est sûr, elles seraient remplies les prisons. Il n’y a pas de problème ». La blonde est agacée : « Excusez-moi. Elle a buté son mari. Elle a pris la fuite. Et elle se tapait le voisin. Il n’y pas un petit faisceau d’indices quelque part ? ». La substitut du procureur demande des détails : « Et qui va dans quel sens selon vous ? ». Ariane indique : « Dans le sens qu’Hélène Trésar se fout de nous depuis le début ! C’est pas une petite femme fragile. C’est une criminelle ». Carole Leconte, qui a les conclusions de l’expert, affirme qu’elle était vraiment une femme battue. Elle décide donc de la remettre en liberté : « Vous devriez faire la différence entre une victime et une criminelle ».

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin