Clément informe Rochat que Clara souhaite être appelée Antoine

 

Clément informe Rochat que Clara souhaite être appelée Antoine

13 / 03 / 2018

 

Clément vient voir Rochat dans son bureau pour lui parler de Clara. Le proviseur lui annonce, après avoir regardé son dossier, que tout va bien. Il n’a que des compliments à lui faire. Le compagnon de Coralie répond : « Tant mieux mais là on est face à un problème. Enfin, une situation délicate plutôt ». L’oncle de César demande : « Il s’agit d’une grossesse ? ». L’homme révèle : « Non. C’est juste que Clara traverse en ce moment une crise identitaire très intense. En fait, elle a décidé qu’elle n’était plus une fille ». Rochat est choqué : « Pardon ? ». Clément poursuit : « Oui, elle souffre d’une dysphorie de genre. Elle n’est pas née dans le bon corps, elle n’a pas le bon sexe et elle considère qu’elle est un garçon ». Le proviseur est terriblement surpris : « Excusez-moi. Est-ce qu’on est en train de parler de transsexualité ? ». Le compagnon de Coralie confie : « On dit transgenre. Les choses ne sont peut-être pas définitives mais on a vu une psy qui nous a conseillé de jouer le jeu que ça soit à la maison comme au lycée ».

Le proviseur est intrigué : « C’est-à-dire ? ». Clément avoue : « A partir de maintenant, je vous demande de l’appeler Antoine. C’est le prénom qu’elle a choisi ». Rochat est perturbé : « Excusez-moi. On va redescendre sur Terre. Nous sommes un établissement scolaire. Il y a des règles. Chacun a une identité ». Le compagnon de Coralie indique : « Clara s’est renseignée. Certains lycées ont accepté de le faire. C’est votre rôle de permettre aux élèves d’avoir une scolarité normale. Si on ne fait pas ce que demande Clara, elle arrêtera de venir en cours ». Rochat balance : « C’est du chantage ça ! ». Clément le sait mais il est coincé : « Qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? Je suis comme vous ! Vous croyez que ça m’amuse de venir vous voir pour vous parler de ça ? Je suis face à ma fille, je me rends compte que je suis complètement passé à côté d’elle et que je la connais pas ! J’ai besoin qu’on m’aide ». Le proviseur le comprend mais il ne peut pas prendre une décision à la légère : « Il faut que je consulte mon équipe ». Clément termine : « D’accord. Mais faites vite. Je vous en prie ».

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin