Caroline à Clément : « Que Clara soit un garçon ou une fille, c'est avant tout votre enfant »

 

Caroline à Clément : « Que Clara soit un garçon ou une fille, c’est avant tout votre enfant »

09 / 03 / 2018

Après avoir assisté à l’échange entre Clara et Caroline, Clément avoue à cette dernière : « Je ne pensais pas qu’elle était atteinte à ce point-là ». La psychologue lui annonce : « Votre fille vit un conflit majeur dans la construction de son identité ». Le compagnon de Coralie demande : « Donc elle peut changer d’avis ? ». Caroline révèle : « Effectivement en ce moment il y a un effet de mode. Il y a beaucoup d’adolescents qui s’affichent transgenre pour mettre un mot sur leur mal-être ». L’homme pense que sa fille est dans ce cas-là. La psychologue avoue : « C’est encore un peu tôt pour le dire. Quoi qu’il en soit, sa souffrance est bien réelle et ça il faut l’entendre ». Clément confie : « Sa mère est partie quand elle avait six ans et elle ne donne plus de nouvelles. Moi, je bosse comme un dingue. Je sais que je n’ai pas été assez présent ». Caroline tente de lui faire comprendre : « Personne n’est fautif. Il n’y a pas de coupable. Vous aviez déjà entendu parler de la dysphorie de genre ? ».

L’homme lâche : « Par Clara, oui ». La psychologue détail : « C’est le terme employé pour désigner les personnes qui n’arrivent pas à s’identifier à leur sexe de naissance ». Clément demande : « Et en tant que parents on fait quoi dans ce cas-là ? ». La psychologue annonce : « Il faut essayer de ne pas juger et d’être à l’écoute. D’accepter son enfant comme il est au jour le jour ». Le compagnon de Coralie aimerait que Clara vienne la voir régulièrement. La psychologue pense que c’est à l’adolescente d’en décider. Elle affirme : « Que les choses soient bien claires. Je ne vais pas la guérir car il ne s’agit pas d’une maladie ». Clément aimerait trouver un moyen pour l’aider. Caroline l’invite déjà à parler d’elle au masculin : « Utiliser le prénom qu’elle a choisi. C’est une chose très importante ». L’homme est perturbé : « Et la prochaine étape ça sera quoi ? Car elle va vouloir prendre des hormones, se faire opérer… ». Caroline indique : « Elle n’en a pas parlé et puis ça ne se fait pas comme ça. C’est très encadré surtout pour les mineurs. Monsieur Bommel essayez d’oublier cette histoire de gendre. Que Clara soit un garçon ou une fille, c’est avant tout votre enfant. Et votre enfant a besoin de vous. Alors essayez de ne pas le rejeter car on ne sait jamais ce qui peut se passer ». Clément l’interroge : « Vous voulez dire ? ». La psychologue termine : « Dans ce genre de situation, les passages à l’acte ne sont pas rares ».

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin