Marco Horanieh : « L'histoire entre Elias et Barbara n'est comparable avec aucune autre »

 

Marco Horanieh : « L’histoire entre Elias et Barbara n’est comparable avec aucune autre »

14 / 02 / 2018

C’est le grand jour pour Barbara et Elias dans Plus belle la vie. En cette Saint-Valentin, ils vont s’unir par les liens du mariage. Pour Toutelatele.com, Marco Horanieh, interprète d’Elias, dévoile les secrets de cette cérémonie et quelques points de son personnage, arrivé il y a plusieurs mois au Mistral.

Barbara multiplie les conquêtes dans Plus belle la vie et elle a décidé de se marier avec Elias. Qu’a-t-il de plus, à ses yeux, que ses ex ?

Marco Horanieh : Je ne sais pas si on peut parler de « choses en plus » mais il y a eu un vrai coup de foudre entre les deux, indépendamment de l’histoire du bracelet. Quelque chose a semblé comme une évidence et les choses se sont passées très vite, le temps a été accéléré et le mariage est venu. Tout cela fait que cette histoire n’est pas comparable avec les anciennes de Barbara. L’histoire du bracelet était un prétexte à leur rencontre, elle était mystique mais le mariage n’a rien à voir avec lui.

Barbara et Elias s’embrassent au premier regard, décident de se marier et trouvent une date en quelques semaines. Pourquoi une telle précipitation ?

Quelqu’un comme Elias a vécu des choses très dures dans sa vie, comme la guerre, la traversée de la Méditerranée. Il n’a donc pas besoin d’attendre des mois pour réaliser qu’il a besoin d’être avec cette personne là. Les choses vont plus vite quand on vit ce genre d’événements. Dans un passage, il dit à Abdel « j’ai vécu cinq ans sans savoir si je serai vivant le lendemain, donc une semaine c’est comme une éternité pour moi » et effectivement il demande Barbara en mariage une semaine après leur rencontre.

Pourquoi votre personnage, connaissant les antécédents entre sa future femme et Mélanie, prend-il le risque de voir en secret cette dernière dans un hôtel ?

Il ne considère pas que ce soit un risque et veut tout faire pour offrir à Barbara le mariage de ses rêves. Il est prêt à tout et ne prend pas conscience des problèmes que cela va engendrer. Effectivement, il va faire croire à Barbara qu’il est parti aider Rochat mais il a besoin de Mélanie pour les préparatifs.

Mélanie semble avoir un caractère assez proche et compatible à celui d’Élias, contrairement à Barbara…

Vu de l’extérieur, on peut s’imaginer qu’une histoire est envisageable. Mais Barbara a plein de choses à gérer de son côté tandis que Mélanie et Elias sont concentrés uniquement sur l’organisation du mariage donc ils sont amenés à beaucoup se voir. Après, ça ne veut pas forcément dire qu’ils sont plus faits l’un pour l’autre qu’Elias et Barbara.

Vous interprétez un réfugié syrien et dans la vraie vie, vous êtes né de parents syriens. L’histoire de votre personnage vous touche-t-elle personnellement ?

Au moment où j’ai reçu les textes pour le casting, j’ai senti être touché par ce personnage. Je n’ai pas vécu en Syrie mais j’y suis allé plusieurs fois et je suis la guerre à distance. C’est dramatique ce qui se passe là-bas. Je me suis dit que ce serait intéressant de jouer un personnage aussi proche de l’actualité et d’apporter ma petite graine. Pour moi, ce rôle est un retour aux racines même si j’ai été éduqué en Europe, j’ai plusieurs aspects liés à la Syrie et à sa culture.

Dans le feuilleton, le proviseur Rochat ne vous considère que par vos qualités manuelles. Cela reflète-t-il une réalité dans la société française ?

Je suis mal placé pour en parler et je ne voudrais pas faire de généralités. Il y a surement des cas où cela se produit dans la réalité. Je souhaite aux réfugiés de trouver un travail mais dans l’histoire, Élias est déjà très content d’avoir un boulot donc il ne crie pas sur tous les toits qu’il aimerait devenir professeur de français.

Élias va-t-il, cependant, évoluer et parvenir à donner des cours aux lycéens de Scotto ?

Je souhaite qu’il évolue comme ça et ce serait intéressant à jouer pour moi et intéressant pour le personnage. Vu ce qui s’est récemment passé, cela semblerait cohérent.

La série a enregistré les retours de Mélanie, Estelle et Johanna. Avez-vous ressenti une excitation particulière en plateau autour des différentes retrouvailles ?

Je n’étais pas tout le temps présent quand ces trois filles étaient là. Au retour de Mélanie, les gens étaient contents de la retrouver et elles sont toutes les trois emblématiques. C’est plus un bouleversement pour le public car le plateau est habitué. J’ai vu sur les réseaux sociaux que ces retours ont beaucoup fait parler.

Connaissiez-vous le feuilleton avant de l’intégrer il y a quelques mois ?

Mon intégration s’est faite très rapidement, il s’est passé peu de temps entre le casting et le début du tournage. J’ai regardé quelques épisodes et surtout les passages avec Barbara car je savais qu’elle serait ma partenaire. Je me suis uniquement concentré sur le travail de mon personnage.

Vous avez fait de la comédie votre métier en 2014, à 27 ans. Pourquoi une éclosion si tardive ?

J’avais un parcours traditionnel avec des études d’ingénieur et de commerce. Après six ans d’études, on souhaite travailler pour gagner sa vie avec des stages puis des CDI. On rentre dans un moule… Après trois ans à la Défense derrière un ordinateur, j’ai compris que je n’en pouvais plus, j’ai été au bout du bout avant d’arrêter. Je n’ai su qu’en quittant mon boulot que je souhaitais devenir comédien, mais ce n’était pas une passion depuis mon enfance.

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin