Laetitia Milot (Mélanie) et Badri : « Notre prio­rité est de préser­ver notre couple »

 

Laetitia Milot (Mélanie) et Badri : « Notre prio­rité est de préser­ver notre couple »

23 / 09 / 2016

sans-titre-21Depuis 14 ans, Laetitia Milot alias Mélanie de Plus belle la vie est en couple avec Badri, son mari. Ces années de vie commune n’ont rien entamé à leur complicité. Ensemble, ils traversent toutes les épreuves de la vie. La comédienne souffre en effet d’En­do­mé­triose, une mala­die qui touche une femme sur dix en France et qui l’em­pêche pour l’ins­tant d’avoir un enfant, comme elle le souhaite­rait. Mais c’est à deux qu’ils font face. Aujourd’­hui, Laetitia Milot et Badri se recentrent sur leur couple sans perdre espoir d’ac­cueillir un jour bébé. La tendresse et l’amour comme remède contre la mala­die, ils en sont convain­cus. Découvrez ci-dessous un extrait de leur interview réalisée par nos confrères du magazine Gala.

Gala : Il y a quelques mois, vous réflé­chis­siez à la possi­bi­lité de recou­rir à une FIV (fécon­da­tion in vitro) pour avoir un enfant. L’idée est-elle toujours d’ac­tua­lité ?

Laetitia Milot : En fait, nous essayons toujours d’avoir un enfant natu­rel­le­ment. Je ne perds pas espoir. Je ne suis pas trop âgée, alors on conti­nue ! Nous sommes très inves­tis dans ce combat, mais nous ne nous prenons plus la tête. J’ado­re­rais vous annon­cer une bonne nouvelle entre 2016 et 2017 et dire : « Ça y est ! Je suis enceinte ! ».

Badri : Je suis toujours opti­miste, au contraire ! Plus que jamais, j’ai cette convic­ton que nous allons avoir un ou plusieurs enfants !

Gala : Regret­tez-vous d’avoir parlé de l’en­do­mé­triose dans votre livre Le bébé, c’est pour quand ? (éditions Michel Lafon) et à l’as­so­cia­tion EndoF­rance  ?

Laetitia Milot : Abso­lu­ment pas. La recherche contre l’en­do­mé­triose progresse, cela me donne plus de force, de courage pour en parler. Il ne faut pas que je baisse les bras ni que les autres femmes qui en souffrent se décou­ragent.

Badri : En parler a permis à Laëti­tia de passer à autre chose. Ça n’est plus un tabou. Ça a même provoqué un déclic. En fait, cela nous a fait du bien de le dire et cela a aidé beau­coup d’autres couples dans le même cas. Même si notre entou­rage et les jour­na­listes nous posent souvent la ques­tion, c’est toujours avec bien­veillance. On assume !

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin