Garance Thenault (Agnès) « Mon intrigue se termine sur une note sombre »

 

Garance Thenault (Agnès) « Mon intrigue se termine sur une note sombre »

07 / 01 / 2016

5555Ce jeudi 7 janvier 2016, un nouveau personnage fera son apparition dans Plus belle la vie : Agnès, une infirmière de l’hôpital Marseille-Est. Dans une interview accordée au magazine Télé LoisirsGarance Thenault, son interprète évoque son aventure dans la série. La jeune femme n’est pas tout à fait une inconnue pour les téléspectateurs. De 2008 à 2011, elle a animé Jeux Actu sur NT1, une émission sur le monde des jeux vidéo. Mais elle voit plutôt cette étape comme un accident de parcours, puisque c’est en tant que comédienne qu’elle veut désormais s’affirmer.

Comment êtes-vous arrivée dans Plus belle la vie ?

C’est le directeur de casting du feuilleton qui m’a approchée au printemps. Il venait de me voir sur scène, à Paris. Je jouais dans l’Ours et la Demande en mariage, une pièce de Tchekhov, au théâtre Michel Galabru. J’ai passé un casting en octobre et j’ai enchaîné avec le tournage.

Agnès, c’est un personnage qui s’installe pour longtemps dans Plus belle la vie ?

Mon personnage tient un rôle important dans une intrigue qui se poursuit sur plusieurs semaines. C’est une chance pour une jeune comédienne. Cette intrigue se termine sur une note sombre. Ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus… Mais la production n’a pas exclu que je revienne.

Quelle ambiance avez vous découvert sur le tournage ?

Fantastique ! J’ai eu droit à un accueil très chaleureux de tout le monde. À peine arrivée, je prends beaucoup de place dans la série. Mais tout le monde trouve ça normal : il n’y a ni compétition, ni jalousie. J’ai donc une nouvelle bande de copains, à commencer par Stéphane Bierry (Stéphane Prieur) et Ludovic Baude (Benoît Cassagne), avec qui j’ai le plus travaillé. Ce sont des amours !

Et avec la production ?

Là aussi, l’accueil a été chaleureux. Mieux même, pendant la période où j’ai tourné, j’ai participé à trois soirées de fête organisées par la production. Un rêve !

Auparavant, vous avez joué sur scène au théâtre Michel Galabru, à Paris. Avez-vous connu l’acteur qui vient de disparaître ?

Oui. Michel Galabru continuait à monter sur scène dans Le Cancre, un one man show autobiographique drôle et touchant. Je jouais juste après lui. On se croisait et il prenait le temps de s’intéresser à nous. À 93 ans, malgré son statut de monstre sacré, il se montrait attentif et curieux avec tout le monde : ses spectateurs, les jeunes comédiens…

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin