Laetitia Milot (Mélanie) passée au questionnaire « bio » de Proust !

 

Laetitia Milot (Mélanie) passée au questionnaire « bio » de Proust !

27 / 07 / 2015

Sans titre-1Fervente militante de la cause animale, Laetitia Milot est la marraine du Centre de Défense des Animaux de Marseille et de Provence. Avec Badri, son mari, celle qui campe le rôle de Mélanie dans Plus belle la vie partage de nombreux idéaux en matière d’écologie comme elle le confie dans une interview réalisée par Le Parisien.

Votre héros écologique ?

Nicolas Hulot ! Quand on prononce le mot écologie, c’est la première personne à laquelle je pense. J’ai toujours regardé et aimé ses émissions.

La chose ou la personne qui vous a éveillé à l’écologie ?

Ma famille. Je viens de la campagne, je suis née à Limoges. Chez moi, on ne gaspillait ni l’eau ni l’électricité et on faisait attention à la nature. J’ai un souvenir fort de ma marraine, très fâchée lorsqu’elle m’a vu me brosser les dents sans fermer le robinet. J’avais 10 ans !

Le paysage que vous préférez ?

La verdure. Cela me procure une intense détente. D’ailleurs j’habite en Provence, au milieu des vignes. Votre coin de nature préféré ? Quand j’ai tourné « On se retrouvera », téléfilm adapté de mon roman, diffusé sur TF1 en juin dernier, j’ai découvert les forêts landaises. C’était magnifique et j’ai adoré.

Ce que vous détestez le plus dans la nature ?

Les pollueurs ! Les déchets sauvages, les canettes de soda jetées n’importe où. On peut se protéger de la nature (insectes, intempéries…) mais la nature, elle, n’a aucune défense contre les pollueurs.

Quel genre d’arbre voudriez-vous être ?

Un olivier. C’est solide, majestueux et fort un olivier, j’ai l’impression que c’est un arbre qui ne craint rien ni personne.

Si vous étiez une rivière ou un fleuve ?

Le Caramy. C’est une petite rivière du Var, qui coule près de chez moi.

Votre élément naturel préféré ?

L’eau, indiscutablement. Nous sommes composés d’eau, nous venons au monde grâce à l’eau. Sans l’eau, nous ne sommes rien.

Votre moyen de transport préféré ?

Le vélo. Pas toujours possible d’aller travailler en vélo, surtout quand je me déplace sur un tournage. Mais dès que je peux, je fais tous mes déplacements à vélo.

La pollution qui vous insupporte ?

Les gaz d’échappement des véhicules et ceux des industries. Les dégazages sauvages des pétroliers dans la mer me mettent aussi très en colère.

Votre cochonnerie (consumériste) préférée ?

Le déo en spray et le baume à lèvres. Je ne peux pas m’empêcher d’en utiliser. La nourriture que vous avez éradiquée de votre cuisine ? L’huile de palme. Je sais, c’est très mauvais pour la santé.

La chose que vous prévoyez d’arrêter par engagement/conviction ?

Manger de la viande : j’en mange beaucoup moins qu’avant. Je ne suis pas une écolo-intégriste, mais je trouve que se contenter de moins est un effort facile que tout le monde peut faire.

Le luxe auquel vous ne renoncerez jamais ?

Le train. Pour travailler, ça m’est indispensable.

Le geste écolo qui vous fait du bien ?

Trier mes déchets, mes emballages. Je me sens mieux une fois que c’est fait.

L’acte écolo qui vous enquiquine le plus ?

Trier mes déchets et mes emballages, justement ! Ca m’ennuie beaucoup, mais quand c’est fait, je suis tellement fière. Je suis une hyper-maniaque, je n’aime pas laisser traîner les choses.

Le pêché écologique qui vous inspire le plus d’indulgence ?

Le chewing-gum. A une condition, c’est que ceux qui le mâchent ne le jettent pas par terre.

Votre plante préférée ?

Le rosier. J’en ai plusieurs, j’en prends soin. Quand je les vois pousser et fleurir, je suis presque en transe !

Votre animal préféré ?

Le chien. Pas bien original, mais les miens m’apportent tellement d’amour. J’en ai trois. Un qui était à moi, et deux que j’ai sauvés de la mort à l’Ile Maurice. Je les ai ramenés avec moi.

Votre climat préféré ?

Le soleil, la chaleur. L’été est ma saison préférée.

Si vous étiez une source d’énergie ?

L’eau. Je suis fascinée par l’énergie hydraulique.

Votre principale peur environnementale ?

Qu’on ne puisse plus un jour respirer sur terre.

La catastrophe écologique qui vous a le plus marquée ?

Tchernobyl. J’étais enfant, je ne comprenais pas tout, mais ça me faisait très peur.

Quelle est la personnalité que vous aimeriez noyer dans un puits de pétrole ?

Personne, je ne suis pas assez violente pour ça.

Si vous étiez ministre de l’environnement, quelle serait votre première mesure ?

J’essaierais de trouver un accord avec les grands industriels pour que leur activité pollue moins. Les efforts de tous comptent en matière d’écologie. Mais les plus gros et les plus pollueurs doivent donner l’exemple !

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin