Plus belle la vie est désormais tournée avec des caméras 4K F55 de Sony

 

Plus belle la vie est désormais tournée avec des caméras 4K F55 de Sony

05 / 07 / 2015

PLUS BELLE LA VIENouvelle technologie ! En dix ans d’existence, Plus belle la vie a connu sa quatrième mutation technologique. Votre série qui met en scène le quotidien des habitants du quartier Le Mistral à Marseille et qui fidélise chaque soir toujours plus de 5 millions de téléspectateurs a démarré à l’ère de la vidéo SD 4:3. Grâce à son énorme succès, la série a adopté la vidéo 16:9 peu de temps après jusqu’en 2011 où elle fut diffusée en HD.

En 2015, Plus Belle La Vie a dépassé un nouveau cap en passant aux grands capteurs avec les caméras Sony CineAlta PMW-F55. Une première européenne qui met en évidence la polyvalence des caméras PMW-F55.

A cette occasion, Jean-Yves Martin, spécialiste Produit et Workflow chez Sony s’est rendu dans les studios à Marseille afin de présenter le nouvel outil au sein d’un atelier de deux jours qui a rassemblé plus de 50 techniciens. Parmi l’assistance, étaient évidemment présentes les équipes artistique, image, et de post-production ainsi que l’équipe maquillage. « Sony est très fier d’avoir remporté ce marché et d’accompagner France Télévisions et Telfrance dans cette évolution. Il était important pour nous d’être présents aujourd’hui pour présenter cette solution aux futurs utilisateurs », a expliqué Jean-Yves Martin.

« C’est une décision bien murie » a complété Olivier Roelens, Producteur exécutif du feuilleton pour France Télévisions. « Nous avons réalisé différents tests comparatifs avec d’autres caméras du marché et nous avons tourné, en 2014, trois épisodes de prime time avec la PMW-F55, à Lille, à Marseille, puis en Tunisie. Nous avons réellement été séduits par la qualité d’image et par la simplicité du workflow. Notre feuilleton doit s’améliorer constamment, il ne peut pas être figé techniquement. Et grâce à cette nouvelle technologie, nous devenons aujourd’hui précurseurs car nous sommes désormais à la frontière entre le monde de la fiction filmée avec un grand capteur et en progressif, et le monde du flux avec nos caméras commandées depuis une régie ».

Quelles sont les conséquences d’une telle évolution ?

« En réalité, cela change très peu de choses pour nous en termes de production. Nous réalisons un saut qualitatif tout en respectant notre flux de production qui est, lui, très calibré. Nous tournons un épisode de 24 minutes par jour et nous le montons en une journée également. Il fallait que cette transition se fasse en douceur et la PMW-F55 nous a offert cette possibilité. Il était primordial de pouvoir tenir nos délais de fabrication. » a précisé Olivier Roelens.

Pour Mathieu Bollet, Directeur Artistique de la série, cette évolution a apporté du renouveau à la série et a offert d’énormes possibilités artistiques. « Le piqué, la faible profondeur de champ et la qualité d’image avec son rendu cinématographique vont sûrement avoir un impact sur la mise en scène. Ils vont décupler l’envie tant chez nos réalisateurs et techniciens que chez les spectateurs » s’enthousiasme-t-il.

« La PMW-F55 nous offre un monde de possibilités en post-production. L’image de la PMW-F55 dispose davantage d’informations que celle des caméras que nous utilisons actuellement, grâce à ses débits plus élevés. Nous pourrons réaliser des effets spéciaux plus travaillés, plus aboutis et nous pourrons, par exemple, incruster des découvertes au rendu plus réaliste. » a ajouté Sébastien Pourcel Coordinateur Artistique et Chargé des effets spéciaux.

Au cours de l’atelier, Jean-Yves Martin a présenté les différentes configurations retenues pour le feuilleton, qui se tourne habituellement avec trois caméras en studio et deux caméras pour les extérieurs. Ces caméras de studio sont équipées en fibre optique, reliées via un BPU à un serveur Avid DNX 120. Les caméras sur Steadicam utiliseront quant à elles une liaison HF, pour une plus grande mobilité tandis que les caméras d’extérieur enregistreront directement sur des cartes SxS.

Pour l’ingénieur de la vision, Bernard de Celles, la PMW-F55 lui permettra de réaliser des réglages plus fins, grâce à la dynamique plus étendue de la caméra et à sa colorimétrie plus précise. « Cette caméra dispose d’une très grande tessiture et je me réjouis de pouvoir l’utiliser. On se rapproche enfin du cinéma! Et pour les extérieurs à Marseille, elle sera très précieuse. Avec nos délais de tournage et les grands écarts de contraste du soleil méditerranéen, fini de devoir brimer le chef opérateur pour éviter un arrière-plan surexposé » a-t-il expliqué.

Hervé Maury, chef opérateur de prises de vues, qui connaît déjà la PMW-F55 pour l’avoir utilisée sur d’autres projets, a été lui aussi très enthousiaste : « Cette caméra apportera une nouvelle écriture pour la série. Nous allons devoir changer un peu nos habitudes et réfléchir à une autre manière de raconter nos histoires. Et la mise au point joue en notre faveur. Elle est certes plus précise mais pas insurmontable et elle nous permettra de raconter les choses différemment ! ». Cette nouvelle narration sera également influencée par le nouveau rapport de focales. Les caméras PMW-F55 seront équipées de zooms Canon 17-120 mm comme optique de base et de zooms Fujinon 85-300 mm pour les plans plus serrés.

Pour l’équipe maquillage, la finesse de détails de la caméra inquiète et séduit à la fois. « Nous devrons faire attention aux détails car nous aurons une meilleure définition, mais nous profiterons aussi d’une plus belle image et notre travail sera mis en avant ».

Durant l’atelier organisé dans un des studios de tournage de la série, les techniciens ont pu poser ouvertement toutes les questions qu’ils souhaitaient à l’équipe de Sony. Avant la mise en production, tous désiraient tester la caméra pour pouvoir tirer le meilleur profit de ce nouvel outil prometteur.

Les épisodes tournés avec les PMW-F55 sont diffusés sur France 3 depuis le 11 mai 2015.

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin