Sacha passe un test sans le savoir

 

Sacha passe un test sans le savoir

20 / 05 / 2014

Plus belle la vie

Saïd, Layla et Maati sont dans le bar de Karim. Saïd apprend à son père que celui qui a insulté Layla n’a pas été puni. Il explique qu’à la place les élèves ont eu droit à une leçon de morale de la part des flics. Saïd apprend à Maati qu’un policier qui était raciste (à savoir Jean-Paul) a raconté son histoire en salle de cours en présence de Samia, sa femme. Maati demande à son fils quel est le nom de l’adolescent qui n’aime pas les arabes au Lycée. Saïd révèle que c’est Jonas. Maati décide de régler cette histoire tout seul. « Papa laisse tomber, c’est bon » dit Layla. « Il t’a insulté, on va pas le laisser s’en tirer comme ça ! » balance Saïd.

« Il jure que ce n’est pas lui ! Alors c’est peut-être vrai ! Vous allez arrêter de vous mêler de ça ? » lâche Layla, énervée. « Mais les tracts racistes qui étaient dans son casier, ils sont arrivés seuls ? » demande Saïd. « C’est à moi que c’est arrivé donc c’est moi que ça regarde » indique Layla. Quand les deux jeunes partent en cours, Maati se retrouve seul avec Karim. Il demande alors au père d’Abdel « Tu sais où je peux trouver les parents de ce Jonas Malkavian ? ». Karim répond « Au Mistral ».

Maati arrive au bar de Roland. Il parle arabe au téléphone. Sacha est au comptoir. « Je ne vois pas pourquoi je ferais plus attention qu’un français » balance Maati. « Je suis d’accord avec vous » dit Sacha. « Je n’ai pas d’argent, vous pouvez payer mon café ? » demande Maati. « Vous ne manquez pas d’air vous ! » répond le fils de Seta. « Pourquoi vous dites ça ? Ça vous pose un problème ? » lance Maati. « Aucun, je ne suis pas à deux euros » répond Sacha. « Vous pensez que sinon je serais parti sans payer ? » demande Maati. Sacha pense qu’il est un peu parano.

Maati sort de l’argent de sa poche. Toutefois Sacha propose à Maati de lui offrir sa consommation… « Ça me fait plaisir » dit-il. Sacha engage ensuite la conversation avec l’homme. Il comprend que Maati vient d’algérie. « Je l’ai reconnu à votre accent ». Sacha confie avoir passé sa scolarité avec deux potes, un algérien et un marocain qui passaient leur temps à se disputer tous les deux… « Vous êtes déjà allé en Algérie ? » demande Maati. Sacha répond que non. « Je regrette d’ailleurs. J’espère que je le ferais un jour » dit-il. 

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin