Jean-François renaît grâce à la nouvelle psychologue du Mistral

 

Jean-François renaît grâce à la nouvelle psychologue du Mistral

07 / 05 / 2014

Plus belle la vie

Jean-François est au cabinet médical de Guillaume. Le médecin doit lui remettre des résultats d’analyses, mais il ne trouve pas le papier. Le père de Nathan explique au Brigadier Leroux qu’il partage son local avec une collègue mais qu’il reste encore quelques ajustements à faire. Jean-François, qui a le double de ses résultats d’analyses donne le document à Guillaume. Ce dernier lui annonce que tout va bien. « Toutes vos analyses sont excellentes » dit-il.

Jean-François demande alors « Pourquoi j’ai mal, la douleur s’est déplacée dans la poitrine ». Guillaume pense que c’est parce que Jean-François est trop tendu en ce moment. Le policier indique que son moral va plutôt bien. Guillaume est persuadé que sa douleur va disparaître toute seule. Jean-François s’inquiète. Il a peur d’avoir un problème cardiaque. « Ecoutez avec toutes les analyses qui ont été faites, je ne vois pas comment on aurait pu passer à côté » dit Guillaume qui suppose que les douleurs de Jean-François sont psychosomatiques. Jean-François aimerait avoir un deuxième avis c’est pourquoi il demande à Guillaume de l’envoyer vers l’un de ses collègues. Guillaume lui prend alors rendez-vous l’après-midi avec Caroline, la nouvelle psychologue du Mistral.

Jean-François apporte à Caroline sont échographie cardiaque, son électrocardiogramme et ses tests à l’effort sans oublier ses analyses. Guillaume n’a pas eu le temps de parler du cas de Jean-François avec Caroline. Le brigadier Leroux lui explique avoir une grosse douleur dans la poitrine, qui, selon lui, est grave, même si Guillaume pense que c’est psychosomatique. Le policier apprend à Caroline que depuis quelques jours, lorsqu’il vient voir Guillaume il a l’impression de le déranger. Jean-François a l’impression que le docteur Leserman ne fait pas assez attention à lui. Caroline comprend que Jean-François s’inquiète pour son état de santé. Comme il habite seul, il avoue être parfois angoissé. Il ajoute que son ex-compagne Sandrine est décédée et lui manque terriblement. Jean-François lui raconte alors son histoire… Toutefois il demande à Caroline de l’ausculter. Cette dernière lâche alors « Je ne suis pas médecin. Je suis psychologue ».

Guillaume, qui est installé au bar de Roland, regarde un bouquin. Mirta lui avoue être très inquiète pour l’avenir du Mistral à cause de l’arrivée de Caroline. Elle pense que tous les fous vont arriver dans le quartier. Jean-François arrive pour remercier Guillaume de lui avoir programmé un rendez-vous avec Caroline. Il dit qu’elle a été très attentive pendant 30 minutes. Le policier dit au médecin que ça lui a fait du bien de parler. Selon Jean-François Caroline est bien plus efficace que Guillaume pour soigner les patients. « J’en suis ravi » lâche Guillaume. Jean-François lui conseille alors d’apprendre la psychologie. Quand Jean-François s’en va un peu plus loin, Mélanie dit à Guillaume « Elle a l’air bien la psy. Elle va vous piquer des clients ». Guillaume souligne « J’ai des patients et non pas des clients ». Mirta ajoute « Je vous avais dit de prendre un rhumatologue c’était beaucoup mieux ». 

De retour au cabinet médical, Guillaume apprend à Caroline que Jean-François l’adore ! « Ça vous arrive souvent d’envoyer un patient chez un psy sans prévenir ? » demande la jeune femme. Guillaume dit que Jean-François en avait besoin. Toutefois, Caroline lui indique que c’est au patient de faire la démarche. Pour Guillaume, l’important c’est que Jean-François soit content. La psychologue dit qu’heureusement que Jean-François est ouvert d’esprit car il aurait pu très mal le prendre. Guillaume en profite pour demander à Caroline de ne plus toucher à ses dossiers car il ne s’y retrouve plus. Caroline fait ça car selon elle le cabinet n’est pas rangé. Guillaume constate qu’elle va installer une planque avec son nom bien plus grande que la sienne sur la façade…

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin