Le CSA saisi à cause d'un joint dans Plus belle la vie

 

Le CSA saisi à cause d’un joint dans Plus belle la vie

11 / 03 / 2014

Plus belle la vie

La Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) a saisi le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour protester contre un épisode de Plus belle la vie diffusé le lundi 3 mars dernier. Dans cet inédit les téléspectateurs voyaient Thomas en train d’expliquer à Mirta de façon très didactique comment fabriquer un joint et cultiver de l’herbe.

Dans un courrier daté du 7 mars 2014, Danièle Jourdain-Menninger, présidente de la Mildt, a donc saisi le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Elle rappelle d’abord que la loi du 17 juin 2008 demande aux chaînes de radio-télé « de ne montrer une prise de drogue illicite que lorsque le scénario le justifie et que cela ne soit pas incitatif pour les jeunes téléspectateurs ». Elle dit « s’interroger » sur la conformité de l’épisode de Plus belle la vie avec cette loi et sollicite l’avis du CSA.

Le fait est que l’épisode du joint tombe mal au moment où les études scientifiques confirment toutes la nocivité de la consommation de cannabis. « On a longtemps pensé que le cannabis était peu addictif, mais des travaux récents confirment le contraire », explique Jean-Antoine Girault, neurobiologiste et directeur de recherche à l’Inserm. 

Interrogé par Jean-Marc Morandini dans Le grand direct des médias sur Europe 1, Hubert Besson, le producteur de Plus belle la vie a expliqué « Montrer comment on fabrique un joint n’est pas forcément incitatif. Si on regarde l’histoire dans son intégralité, on y voit également les effets secondaires : d’abord Mirta sous l’effet euphorisant de la drogue, puis avec un mal de crâne, et enfin en train de se faire engueuler par son mari ».

Hubert Besson estime que dans cette affaire, la production et la chaîne, France 3, ont parfaitement respecté leur mission de service public. « Être capable de dire un pétard est un pétard est aussi de l’info, ce n’est pas inciter les jeunes à la consommation », indique-t-il tout en précisant que la chaîne a pris toutes les précautions nécessaires en diffusant à l’antenne un avertissement avant l’épisode incriminé, puis en insérant une signalétique « déconseillé aux moins de 10 ans » durant sa diffusion.

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin