La Journée Internationale Contre la Brutalité Policière

 

La Journée Internationale Contre la Brutalité Policière

14 / 03 / 2013

1422785177.jpg

Denis Bélia, un jeune homme de la cité accuse le lieutenant Jean-Paul Boher de racisme et de violences dans le cadre de ses fonctions. Pour assurer sa défense, il demande à Armelle Demy, son avocate, de faire publier un article concernant son affaire le 15 mars, à l’occasion de la Journée Internationale Contre la Brutalité Policière.

15-mars-2013-web_0.jpg

Depuis le 15 mars 1997, le COBP (Collectif Opposé à la Brutalité Policière) organise des manifestations dans les rues pour souligner la Journée Internationale Contre la Brutalité Policière (JICBP), qui s’est déjà propagée dans de nombreuses villes et pays à travers le monde suite au tabassage de deux jeunes de 11 et 12 ans en Suisse le 15 mars 1996.

Le but de cette mobilisation est de lutter contre les policiers qui abusent quotidiennement de leur pouvoir et qui, contrairement au reste de la population, peuvent tuer des gens en bénéficiant de la complicité des tribunaux et du gouvernement. Aussi scandaleuses soient-elles, certaines bavures policières ont été médiatisées comme celles de Villanuava, Dziekański ou encore Barnabé. Les flics ont tendance à viser les quartiers et les personnes les plus pauvres. De plus, c’est bien connu, les policiers se protègent entre eux, et les mécanismes officiels sont incapables de protéger le public face aux dénis de justice. La déontologie policière est un recours insuffisant qui ne fait pas le poids devant leur machine.

C’est pourquoi le COBP tente de créer une solidarité plus forte que la leur. Une lutte qui n’a pas de frontière et qui continue pour la dignité, la vraie justice et la liberté ! Etudiants, fonctionnaires, enfants, seniors, leur manifestation hétéroclite rassemble des personnes de tout bord…

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin