Le Bar des 13 Coins s'inspire de Plus Belle la vie

 

Le Bar des 13 Coins s’inspire de Plus Belle la vie

03 / 04 / 2011

951842324.jpgLe bistrot du Panier qui avait influencé la série Plus belle la vie veut à son tour la copier…

C’est un peu le monde à l’envers. Au départ, un bar de quartier mythique, avec sa façade d’un rouge délavé, sa fresque de dessin animé, sa vieille statue de la Vierge, réparée, un soir d’été, par la belle Rita, une Sud-Américaine de passage, et sa clientèle interlope. Au bar des 13 Coins, un rade cher à l’écrivain Jean-Claude Izzo, qui aimait s’y poser discrètement pour saisir des dialogues, on y trouvait des étudiants débonnaires, des piliers de comptoir en roue libre, des jeunes marlous, des pas marlous, des mères célibataires, des couples métissés, des artistes désargentés…

Un régalant condensé de la « cosmopolitanie » marseillaise et de son plus historique recoin, Le Panier. À tel point qu’en 2004, quand France 3 et la société Telfrance confient à Michel Blaise le soin de concevoir les décors de son futur feuilleton, l’homme s’inspire grandement, et sans s’en cacher, des « 13 Coins ». Le troquet en carton-pâte qui en résultera sera rebaptisé le « Bar du Mistral » pour les besoins de la série, et deviendra, soir après soir, le décor principal des aventures des Johanna et autres Rudy.

À tel point, encore, que les 100 000 passionnés de PBLV qui viennent chaque année en pèlerinage dans la ville passent invariablement par ce bistrot multicolore. Toujours la même question, posée aux serveurs : « C’est ici le bar du Mistral ? ». Et la même réponse, ou presque,parfois sur un ton bougon : « Non, ici, c’est les 13 Coins. Ils nous ont copiés… » Alors certes, dans une période où le bistrot souffrait financièrement, surtout l’hiver, cet afflux de touristes aura permis de mettre un peu de beurre dans les épinards et d’orgeat dans les pastis.

« C’est nous qui l’avons inspiré, pas le contraire »

Même si la plupart des fans de PBLV, déçus de ne pas trouver sur place la copie conforme du Mistral, et encore moins ce brave Roland derrière le comptoir, se contentaient d’immortaliser l’établissement en photo, sans consommer… « Que je fasse ressembler encore plus mon bar à celui de la série pour profiter de la mode ? Hors de question ! » a longtemps tenu bon la gérante. « C’est nous qui l’avons inspiré et pas le contraire. La clientèle de la boutique d’à côté, Ils me font vivre 4 mois par an, je ne vais pas mettre dehors mes habitués pour eux. »

Las, l’époque n’est plus au romantisme… Et l’information qui se chuchote dans les ruelles du quartier est désormais confirmée: oui, le bar des 13 Coins va être repris par deux nouveaux propriétaires, Jean-Pierre Cotens et Patrick Dubuisson. Oui, des gros travaux ont été entamés pour remettre l’établissement en état. Réouverture prévue en avril prochain. Et oui, les patrons vont prendre le fictionnel Bar du Mistral… « comme modèle ».

Vous avez bien entendu : un peu comme si un artiste dépassé par le succès de sa statue au Musée Grévin demandait qu’on lui fasse l’exacte même bouille ! Le monde à l’envers, qu’on disait. « Les 13 Coins étaient dans un sale état, tente Jean-Pierre Cotens,alors, quitte à refaire le design, pourquoi ne pas s’inspirer du Mistral? On a visité les studios de Plus Belle à Vie à la Friche. Et on trouve que c’était joli. On va donc reprendre quelques éléments du mobilier, la couleur de la façade, l’enseigne ou encore une atmosphère intérieure. »

Reste que ce Marseillais jovial, conscient du « poids historique » du bistrot et de la fragilité d’un succès télé, modère aussitôt: « Évidemment qu’on entend profiter de la manne touristique et satisfaire les fanatiques du feuilleton. Mais on ne changera pas le nom du bar et on compte bien séduire aussi l’ancienne clientèle. » D’un genre plus direct, Philippe Bonifay, propriétaire de la boutique « Plus Belle la Vie », qui fait face aux 13 Coins, se félicite, lui, sans fausse pudeur, de la reprise « du bar du Mistral » par ses « amis ».

« Ça va nous permettre de créer une synergie avec ma boutique et le musée PBLV », se réjouit-il. Et d’insister : « Attention, on ne va pas faire non plus du coin un Disneyland. On essaye juste de donner vie au secteur. Et ça va profiter à l’ensemble des commerçants du quartier du Panier. » Qui se confond de plus en plus avec celui du Mistral, son double aseptisé.

La boutique PBLV

Le cinéma PBLV

Le bar des 13 coins

La boutique
Le cinéma
Le bar

Visitez la boutique, le cinéma, et le bar des 13 coins !

Avec nos confrères de laprovence.com.

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin