Aurélie Vaneck : « J'aime aller vers ce que je ne connais pas ».

 

Aurélie Vaneck : « J’aime aller vers ce que je ne connais pas ».

10 / 01 / 2011

2298554978.jpgElle aime, dit-elle, les univers très marqués, les expériences artistiques. L’une des raisons, sans doute, qui font qu’Aurélie Vaneck a accepté la proposition de l’auteur et metteur en scène Bertrand Bossard d’interpréter six rôles dans le spectacle pour enfant Ricky Pompon.

Celle qui prête sa beauté douce et sa blondeur au personnage de Ninon dans Plus belle la viedepuis 2004, sera sur la scène des Salins à Martigues mercredi soir puis, du 9 au 11 février, au Gymnase, à Marseille.

Est-ce plus facile de travailler avec un metteur en scène qui est aussi l’auteur du texte, ce qui est le cas pour Bertrand Bossard avec « Ricky Pompon » ?

Aurélie Vaneck : Oui, c’est plus facile parce qu’il a beaucoup de choses en tête et qu’il est prêt à retoucher son texte si la mise en scène le demande. On est trois comédiens pour une dizaine de personnages, au début il nous a laissés faire nos propositions avec une idée de mise en scène finale qui s’est construite collectivement.

Vous-même, vous jouez six personnages dans ce « Ricky Pompon », comment avez-vous géré cette multitude ?

Dans cette histoire, chaque scène est un univers différent déconnecté de ce qui s’est passé avant. Ce qui génère beaucoup de changements d’énergie. Pour chaque personnage, il faut se donner un petit coup de fouet. C’est comme une partition avec plusieurs mélodies. Et chaque personnage ayant ses charmes et ses faiblesses, il faut arriver à s’amuser avec chacun. Les spécialistes disent que l’enfant spectateur est exigeant et réactif.

Comment appréhendez-vous ce face à face ?

C’est la première fois que je me retrouve dans cette configuration et je n’ai pas d’a priori. C’est un public qui est effectivement dans la réceptivité immédiate mais je pense que c’est aux acteurs de s’amuser avec ça pour parvenir à amuser aussi les enfants.

Que vous a apporté votre expérience avec la série télévisée « Plus belle la vie », outre une célébrité rapide ?

Cette expérience m’a apporté beaucoup sur des plans très différents. Ça m’a appris le métier sur un plateau, c’est une incroyable école de la rigueur et une belle aventure humaine. Travailler tous les jours, c’est également une chance devenue très rare dans notre profession. Je retourne toujours sur le plateau avec plaisir, le travail est tel qu’on ne peut pas le faire avec lassitude. On grandit avec son personnage.

Vous avez été audacieuse dans vos choix, au théâtre notamment. C’est un aspect de vous que les fans de la série connaissent peu…

J’aime l’inconnu. Me frotter au danger, même s’il est relatif, me permet d’aller plus loin dans mon métier. Dans cette logique, je prépare ma première réalisation, un court-métrage.

Vous jouez dans un spectacle pour enfant, quelle enfant étiez-vous ?

J’étais sage, lisse et posée en apparence mais avec une vie intérieure très tourbillonnante. J’étais à la recherche de quelque chose, je me posais des questions existentielles, j’avais un grand besoin de liberté.

Interview réalisée par LaProvence.com.

Retrouvez « Ricky Pompon » ce mercredi 12 janvier à 19h00 aux Salins à Martigues et au Gymnase à Marseille, les 9 (14h30) et 11 février (19h00).

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin