Interview de Coline d'Inca (Sybille) autour du prime « Enquêtes Parallèles ».

 

Interview de Coline d’Inca (Sybille) autour du prime « Enquêtes Parallèles ».

07 / 10 / 2010

552544197.2.jpgColine D’Inca (Sybille, dans Plus belle la vie), est arrivée à Bruxelles jeudi dernier. Et elle est ravie d’être là. « Je n’ai pas encore eu le temps de voir grand-chose mais samedi, je suis en congé pour quelques jours. Ma maman vient me rejoindre et on va se balader. Par contre, j’ai mangé une gaufre, des frites et j’ai testé la Kriek. C’est pas mal… », sourit la jeune femme.

« Si on tourne en Belgique, c’est pour le clin d’oeil. Comme l’apparition de Justine Henin dans un épisode l’avait été. C’est une manière de remercier nos fans belges de nous suivre. C’est encore plus fou ici qu’en France au niveau de la popularité! »

Votre personnage est donc l’héroïne de ce prochain prime-time. Comment le vivez-vous ?

J’ai eu une grosse année sur la série, j’ai eu la chance d’avoir des bonnes intrigues, donc ce prime c’est super, ça boucle l’année en beauté.

Vu qu’il y a énormément de comédiens sur la série, tout le monde n’apparaît pas toujours à l’écran. Il y a des inquiétudes par rapport à ça ?

Non parce que Sybille a eu beaucoup de chance. Je n’ai jamais été moins appelée. Il y a beaucoup de comédiens de toute façon, donc c’est normal qu’on ne puisse pas tous tourner tout le temps. Mais ce n’est pas décevant: si une intrigue ne nous sert pas, elle sert quelqu’un d’autre, donc c’est bien.

Ca ne provoque pas de tensions entre vous ?

Non, on forme une très bonne équipe. Les gens sont très soudés, même s’il y a des problèmes comme partout. Mais si les soucis entre les gens étaient énormes, vous imaginez bien que la série n’existerait pas depuis six ans…

Vous avez intégré Plus Belle La Vie il y a deux ans. Avec quel objectif ?

Celui de rester deux ans. Mais en fait, c’est tellement énorme. C’est comme monter sur un manège qui tourne déjà. J’ai 19 ans, j’ai envie de plein d’autres choses, de faire du théâtre, du cinéma. Mais j’ai encore le temps. J’ai beaucoup appris sur Plus Belle La Vie, c’est une formation formidable. Toutes les autres productions françaises peuvent jalouser la série. Mais même si je prends des supers kiffs quand je tourne, à un moment, oui, il faudra penser à avancer vers autre chose.

Vous n’avez pas peur que l’étiquette Plus Belle La vie vous empêche d’évoluer ?

Non. Ca n’existe qu’en France ça! Ca m’énerve! Je n’aime pas ce principe-là. De toute façon, j’ai 19 ans, donc si je dois me faire oublier trois ans pour mieux revenir, ce n’est pas grave. J’aimerais bien un joli premier rôle de composition. Je n’ai pas encore reçu de propositions, j’ai passé des castings mais très peu.

Vous avez des attentes pour votre personnage ?

Sybille a été enlevée, elle a avorté, elle a été filmée au lit, son père a été en prison, elle a vendu du shit… (Elle sourit.) Non, je n’ai pas d’attentes particulières!

Certaines intrigues sont tirées par les cheveux. Notamment celle qui impliquait récemment Luna, qui avait des visions, et le père Denilson.

Oui, c’était tiré par les cheveux. Les scénaristes se sont trompés sur cette histoire avec Luna mais Plus Belle La Vie est une entreprise qui n’est pas facile à gérer. Parce qu’elle est très populaire, on dirait qu’elle n’a pas droit à l’erreur. Quand on lit ce qu’il va arriver à nos personnages, on se dit: mais non, ce n’est pas possible, c’est trop énorme! Mais si c’était des personnages normaux, avec des histoires banales, ça n’intéresserait pas autant les gens.

Quels points communs avez-vous avec votre personnage ?

La grande gueule! Vu que ce sont des personnages qu’on joue quotidiennement, il y a à chaque fois un peu de nous.

Comment vivez-vous votre notoriété ?

Mal. C’est horrible, c’est nul, vraiment. On n’a pas de vie personnnelle. Bien sûr si on ne veut pas être abordé, on peut toujours rester chez soi. Mais dès qu’on sort… Et on ne peut pas être méchant avec les gens, ils sont tellement gentils. C’est juste qu’on ne peut pas fumer une clope sans être dévisagé, que quand tu mets un maillot à la plage tout le monde t’observe. Ce n’est pas marrant. Mais c’est une infime partie, quasi nulle en fait, de tout ce que la notoriété apporte. Je fais par exemple partie de plusieurs associations, on peut faire plein de trucs géniaux. Et ça donne un tel bonheur aux gens: quand quelqu’un vient te voir en pleurs tellement il est heureux de te voir, tu sais que tu lui as fait sa journée. Ca fait plaisir!

Comment votre famille vit-elle ce qu’il vous arrive ?

Ma maman était très effrayée au début, elle a peur de la suite. Elle n’aime pas trop qu’on lui en parle. Mon papa est comédien donc il sait ce que c’est et mon petit frère de 2 ans fait des bisous à la télé et prépare son sac pour « aller travailler à Marseille »!

On a appris hier le décès de Colette Renard, alias Rachel Lévy dans la série. Quelle est votre réaction ?

C’est triste. Je la connaissais mal mais c’est triste, évidemment. Elle a vécu beaucoup de choses et elle en a fait vivre aux gens un paquet aussi! Mais le tournage continue, c’est la vie, ça continue, c’est comme ça.

Source : 7sur7.be.

...

Les photos et médias présents sur ce site appartiennent à leurs auteurs.

webdesign : Vectorskin